10 fautes d’orthographe que vous devez cesser de commettre

, par Louise Proulx.

L’accord du participe passé, la concordance des temps, les adjectifs de couleur… Difficile de ne jamais faire d’erreurs de français! Au moins, après avoir lu cet article, vous pourrez dorénavant éviter ces quelques fautes.

1. L’accord du participe passé qui précède un infinitif

Pour savoir s’il faut accorder un participe passé suivi d’un infinitif, il faut en premier lieu reconnaître le sujet du verbe à l’infinitif.

Un emploi pour vous?

« Les clients, que j’ai vus arriver » – Dans cette phrase, ce sont les clients qui font l’action d’arriver, donc le participe passé s’accorde.

« Les photocopies que j’ai eu à traiter » – Dans cette phrase, ce ne sont pas les photocopies qui font l’action de traiter, alors le participe passé ne s’accorde pas.

La Banque de dépannage linguistique donne une autre façon de comprendre comment savoir si on accorde ou non le participe passé suivi d’un infinitif.

2. Les adjectifs de couleur

Cette adjointe porte de jolies sandales « roses », mais le matin elle arrive avec des espadrilles « rouge vif ».

Pourquoi accorde-t-on « rose », mais pas « rouge vif », là est la question.

Tant que la couleur est un adjectif, elle s’accorde en genre et en nombre avec le nom auquel elle se rapporte. Cinq couleurs s’accordent toujours : rose, mauve, pourpre, écarlate et fauve.

Mais si la couleur est un nom à l’origine , elle est invariable. Il est possible d’avoir des montres marron ou mauves.

Les adjectifs de couleur composés restent aussi invariables : « des coussins bleus » mais des « coussins bleu ciel », des « rideaux jaunes », mais « des rideaux jaune poussin ». De la même façon, si deux adjectifs sont utilisés pour désigner une couleur, ils ne s’accordent pas: « des cheveux marron foncé ».

Trait d’union : on met un trait d’union entre deux adjectifs de couleur lorsque qu’il s’agit de deux couleurs « des yeux bleu-vert », mais « des yeux bleu clair » (clair n’est pas une couleur).

3. « a » ou « à »?

Confondre le verbe et la préposition, c’est une erreur qui coûte très cher.

Pour cesser une fois pour toute de commettre cette erreur, transposez la phrase à l’imparfait :  « Il a tort » devient « il avait tort » et s’écrit sans accent. « Il va à la banque », devient une phrase incompréhensible « il va avait la banque », le « à » prend donc l’accent.

4. La concordance des temps après « si »

Les « si » n’aiment pas les « rait », tout le monde sait cela.

Mais saviez-vous qu’on peut toutefois utiliser le conditionnel après « si »lorsque cette conjonction introduit une interrogation indirecte plutôt qu’une condition :

– Nous aimerions savoir si vous seriez disposé à entrer en fonction le mois prochain. (Nous aimerions savoir : Seriez-vous disposé à…)

– Je lui ai demandé s’il voudrait me remplacer. (Dans cette phrase, l’imparfait serait lui aussi correct, mais le sens ne serait pas exactement le même.)

5. « Ce » ou « Se »?

Pas nécessairement toujours facile de savoir choisir entre le « ce » (pronom démonstratif) et le  (pronom personnel).

Pour les distinguer, il suffit de retenir que « se »  se place avant le verbe auquel il se rapporte:

« L’assemblée s’est terminée hier   et non « l’assemblée c’est terminée hier ». Le sujet du verbe est « assemblée » et « se » se rapporte au sujet.  

Par contre, quand on peut remplacer le « se » par « cela », « ce » est dans ce cas-là le sujet direct du verbe. « Les assemblées, pour moi, c’ ou cela est terminé! ».

6. Les mots en -ueil ou en -euil

Règle générale, le son « euil » s’écrit « e-u-i-l » : chevreuil, écureuil, deuil, fauteuil, seuil, treuil, cerfeuil.  

Mais, lorsqu’il est précédé d’un « c » ou d’un « g », il devient « u-e-i-l » : « accueil », « orgueil »

7. Après que + indicatif ou subjonctif?

Le subjonctif est le mode utilisé lorsque l’action est envisagée ou incertaine, alors que l’indicatif exprime la certitude.

Par conséquent quel temps mettre après « après que »? Puisque l’action est déjà passée, elle n’est pas incertaine, il est donc logique d’utiliser l’indicatif. « Après qu’il a balayé, le bureau était tout propre. »

À  l’inverse, « avant que » et « jusqu’à ce que » exigent d’être suivis du subjonctif puisque les faits sont considérés comme encore incertains: « Avant que tu ne fasses ton retour de courriels, tu devrais boire ton café. »

8. « Y a-t-il » ou « y a t’il »?

Trait d’union ou apostrophe? On utilise le trait d’union lorsque, pour faciliter la prononciation entre deux voyelles, on rajoute un « t » entre le sujet et le verbe, même si cette ajout n’a aucune fonction dans la phrase: « Y a-t-il  un pilote dans l’avion? » évite ainsi « y a il », qui est impossible à prononcer.

L’apostrophe intervient lorsque le « t » renvoie au pronom personnel « toi », élidé en raison de son emplacement à côté d’une voyelle. C’est le cas pour les expressions suivant un verbe à l’impératif comme « va-t’en! » que l’on peut détailler en « Va toi en ».

9. Le « ne » de négation

La négation s’exprime au moyen de deux éléments, dont le premier est la particule « ne » et le deuxième « pas » ou « rien ».

La difficulté survient lorsque les mots précédant la particule « n » se terminent par le même son. S’il ne s’entend pas toujours à l’oreille, il est pourtant obligatoire de le mettre: « On n’y va pas ».

10. L’accord des nombres

Les chiffres ont tous leurs exceptions et compliquent la tâche lorsqu’on doit les écrire en toutes lettres. Les nombres sont généralement invariables. Mais…

  • Le zéro employé comme un nom s’accorde: « Quatre zéros après la virgule. »
  • Le chiffre « un » s’accorde en genre, mais ne prend jamais la marque du pluriel : « Ce sont les numéros un de l’entreprise. » En revanche, dans l’expression « les uns les autres », « un » s’accorde puisqu’il ne s’agit plus du nombre cardinal, mais d’un pronom indéfini.
  • Vingt prend un « s » uniquement s’il est multiplié et s’il n’est pas suivi d’un autre nombre. Ainsi on écrit « quatre-vingts » et « quatre-vingt-dix ».
  • Cent s’accorde seulement s’il n’est pas suivi d’un autre chiffre: « mille deux cents », mais « mille deux cent cinq ».
  • Mille est toujours invariable que ce soit pour « les mille et une nuits » ou « trois mille dollars ».



Partagez cette nouvelle!

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.

Les employeurs qui recrutent
  • Gowling WLG
  • Collège Inter-Dec
  • Desjardins
  • La Presse
  • ZSA
  • Pillière Bolduc Notaires
  • Espace Physio Forme Inc
Recevez les derniers articles Carrière
et offres d'emplois directement dans votre boîte de réception!
Vous avez des questions?
Nous sommes ici pour vous aider.