3 trucs pour vous aider à faire face à un collègue paresseux

, par Jean-Michel Clermont-Goulet.

Si ça arrive une fois, laissez tomber. Deux fois, notez-le mentalement. Une troisième fois? Mettez vos culottes et faites-lui face. Oui, vous voulez aider et être généreuse de votre temps, mais pas à n’importe quel prix!

Être une personne d’équipe peut inclure le fait d’aider un collègue de travail à faire face à une échéance des plus folles, ou de lui prêter main-forte dans l’accomplissement d’une tâche difficile. Faire ce genre de faveur une fois de temps en temps, ça va, mais il ne faut pas que ça devienne un job à temps plein.

Si vous faites constamment le job d’un autre, ça peut rendre l’accomplissement de vos propres tâches un peu plus difficile. Dans son billet, Elana Lyn Gross, de Monster.com, a rencontré des experts en matière de carrière pour trouver les meilleures façons de mettre les barres sur les « t » et les points sur les « i » avec vos collègues.

Un emploi pour vous?

Dites simplement non

Il est possible que votre collègue de bureau ne réalise pas qu’il est tombé dans un « pattern » et l’impact que ça a sur vous. Si vous l’avez aidé une dizaine de fois, ça a du sens que votre collègue arrive à votre bureau à 16 h 55 avec « une énorme faveur » à vous demander.

« Votre communication et votre manque d’assurance seraient à blâmer », affirme Angelina Darrisaw, fondatrice et PDG de la firme de coaching C-Suite Coach. « Dites-lui que vous ne ferez plus deux jobs pour le prix d’un. »

Elle recommande d’ailleurs de dire ceci : « Ça ne me dérange pas de t’aider une fois de temps en temps. Par contre, je remarque que tu me demandes trop souvent de t’aider à exécuter des tâches de ta « to-do list ». J’ai l’assiette pleine de mon côté, je ne pourrai pas t’aider. »

Donnez des conseils, pas du temps

C’est normal de répondre par l’affirmative lorsqu’on vous demande de l’aide. Au lieu d’accepter de prendre le projet au complet en main, pourquoi ne pas aider la personne de manière moins intense?

« Tenez une brève discussion au cours de laquelle vous proposez des suggestions et des conseils. Donnez-lui une feuille de route et laissez-le s’en servir. Si vous le souhaitez, vous pouvez suggérer une réunion de suivi pour examiner les travaux avant qu’il ne les rende », dit Darrisaw.

« Consulter votre collègue, c’est bien, mais vous ne devriez pas toujours faire le travail pour lui. »

Établissez les faits (et mettez les émotions de côté)

Si le problème persiste même après avoir parlé à votre collègue une ou deux fois, vous devriez en informer votre patron.

« Assurez-vous de mettre l’accent sur l’impact que le tout a sur vous, comme les échéances manquées, les heures supplémentaires, l’utilisation des ressources de l’équipe sur des projets non planifiés », dit Nancy Halpern, coach à la firme de coaching de cadres KNH Associates, basée à New York.

« Mais méfiez-vous de vos émotions : ne laissez pas la colère ou les pleurnicheries influencer votre présentation. Tenez-vous-en aux faits et demandez conseil à votre patron sur ce que vous devriez faire pour résoudre le problème. »



Partagez cette nouvelle!

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.

Les employeurs qui recrutent
  • CHRISTIN CHEVROLET BUICK GMC
  • Collège Inter-Dec
  • Desjardins
  • ZSA
  • Gowling WLG
  • Pillière Bolduc Notaires
  • La Presse
  • Espace Physio Forme Inc
Recevez les derniers articles Carrière
et offres d'emplois directement dans votre boîte de réception!
Vous avez des questions?
Nous sommes ici pour vous aider.