43 % des milléniaux veulent quitter leur emploi d’ici 2 ans

, par Florence Tison.

Moins du tiers des répondants au sondage de Deloitte ont affirmé vouloir garder leur travail pendant plus de cinq ans.

Selon une étude de Deloitte menée auprès des milléniaux, les membres de cette génération ne se voient pas garder leur emploi actuel à long terme. Ils sont plus de quatre sur dix à vouloir quitter leur entreprise d’ici les deux prochaines années.

Voici les grandes lignes de cette vaste étude qui se concentre sur la vision du travail de la jeune génération.

Un emploi pour vous?

Éthique d’entreprise

Un peu moins de la moitié des répondants estiment que les sociétés se comportent de façon éthique. Près de 75 % des personnes sondées considèrent que les entreprises se concentrent sur leurs propres intérêts plutôt que sur la société dans son ensemble. Près de 40 % affirment que les chefs d’entreprise ont un impact négatif sur le monde.

Bien que les milléniaux reconnaissent l’importance des profits pour une entreprise, ils estiment qu’un impact positif sur la société et l’environnement, des idées et des produits novateurs, ainsi que la création et le développement d’emplois sont aussi nécessaires et prioritaires.

La clé : la diversité et la flexibilité

Une bonne rémunération et une culture d’entreprise positive sont les éléments les plus susceptibles d’attirer à la fois la génération Y et la génération Z, mais la clé de leur bonheur réside dans la diversité, l’inclusion et la flexibilité. Cependant, les personnes interrogées estiment que la plupart des chefs d’entreprise ne sont pas engagés dans le développement de cultures inclusives.

Manque de préparation

Les jeunes travailleurs ne se sentent pas prêts au marché du travail. Ils se tournent vers les entreprises qui les aideront à acquérir les compétences nécessaires, y compris les compétences « douces » qui, selon eux, seront plus importantes à mesure que les emplois évolueront. Ils se disent inquiets de l’industrie 4.0, c’est-à-dire qu’ils ne se sentent pas prêts à affronter les avancées dans les domaines de l’apprentissage par machine, des biotechnologies, des données et de l’intelligence artificielle.

Selon Deloitte, sept milléniaux sur dix, qui sont membres d’équipes de cadres supérieurs ou de conseils d’administration, envisageraient de conclure des contrats à court terme ou de travailler à leur compte comme solution de rechange à un emploi à temps plein. Cela se compare à 57 % des employés juniors.

Un appel aux dirigeants d’entreprise

Les résultats du sondage 2018 de Deloitte sonnent la cloche aux leaders dans les entreprises pour qu’ils se préoccupent davantage des milléniaux. Les organisations qui se concentrent sur l’amélioration de la société, le développement de leur main-d’œuvre, la flexibilité, la promotion de la diversité et l’encouragement à l’innovation arriveront à créer une main-d’œuvre plus motivée, plus productive et plus loyale.

Pour cette étude, 10 455 milléniaux et 1844 membres de la Génération Z à travers 36 pays ont été sondés. Les milléniaux dans ce sondage sont nés entre 1983 et 1994, possèdent un diplôme collégial ou universitaire et sont employés à temps plein.



Partagez cette nouvelle!

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.

Les employeurs qui recrutent
  • Desjardins
  • Gowling WLG
  • ZSA
  • Pillière Bolduc Notaires
  • Collège Inter-Dec
  • Espace Physio Forme Inc
  • La Presse
Recevez les derniers articles Carrière
et offres d'emplois directement dans votre boîte de réception!
Vous avez des questions?
Nous sommes ici pour vous aider.