Au secours, mon collègue est alcoolo!

, par Louise Proulx.

Vous le savez, votre collègue a un vrai problème d’alcool. Il boit en cachette et empeste le fond de tonne. Comment traiter la situation. Les réponses ici.

Plus ça va et plus l’ambiance de travail en prend pour son rhume avec ce collègue qui n’arrive plus à gérer sa consommation d’alcool : il s’absente souvent, ses dossiers sont toujours en retard ou bâclés… Bref, la situation n’a rien de reluisant.

Mais avant d’intervenir We assist you propose de bien évaluer la situation.

Un emploi pour vous?

1. Relisez la politique de l’entreprise

Quelle est la position de l’entreprise en ce qui a trait à la consommation de l’alcool? Tolérance zéro? Alcool autorisée lors d’événements sociaux? Un ou deux verres permis durant l’heure du lunch?

2. Évaluez les répercussions

Des risques physiques sont-ils encourus à cause de la consommation d’alcool de votre collègue?Doit-il manoeuvrer des machineries lourdes, effectuer des travaux dangereux ou se déplacer en voiture dans le cadre de ses fonctions?

3. Évaluez la fréquence

Tentez de voir s’il s’agit d’une consommation ponctuelle ou si votre collègue boit au travail systématiquement.

Si c’est le cas et que, de surcroît, sa consommation nuit à la bonne conduite de son travail, vous devez interagir.

Vous n’êtes pas de la police

Votre collègue n’a pas besoin de suivre un interrogatoire en règle. Si vous ne savez pas trop comment aborder le sujet, voici quelques pistes de solutions.

  • Parlez avec votre collègue. Mentionnez-lui les problèmes que vous éprouvez parce qu’il arrive souvent en retard et que son travail est de plus en plus mal fait. Ne mettez pas la culpabilité explicitement sur sa consommation d’alcool, mais mettez-le devant les conséquences de son comportement.
  • Évitez de vous mettre en situation de conflit.
  • Ne réparez pas les erreurs de votre collègue découlant de sa consommation d’alcool. Cela n’aura pour effet que de camoufler son vice et n’aidera en rien.
  • Ne vous positionnez pas en sauveteuse nationale.
  • Prenez bien conscience que votre collègue arrêtera de boire s’il le décide lui-même et non pour vous faire plaisir.

Attendez le bon moment

Si vous entretenez une bonne relation avec votre collègue, tentez d’avoir avec lui un dialogue honnête à travers lequel vous pourriez lui dire que vous vous inquiétez pour lui. Attendez cependant un moment calme où vous êtes certaine qu’il n’a pas bu. Attention aussi au ton que vous adoptez. S’il se sent accusé, votre collègue se refermera comme une huître. N’oubliez pas qu’un problème d’alcool cache souvent d’autres problèmes plus profonds.

Comment peut-il réagir? Voici trois scénarios possibles :

  • Il se peut que votre collègue nie en bloc ce dont vous lui parlez. Rappelez-lui que vous vous souciez de lui et que vous êtes là pour l’aider si besoin est.
  • Votre collègue s’ouvre et avoue être conscient de son problème, prenez le temps de l’écouter. S’il est décidé à arrêter de boire, mais qu’il ne sait pas comment faire ou qu’il n’y arrive pas, suggérez-lui de se renseigner auprès du ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec ou par téléphone au : 1 800 265-2626. Il pourra se faire aider et trouver les ressources dont il a besoin.
  • Votre collègue ne veut pas du tout discuter. Montez alors un dossier sur son cas en rassemblant les différents exemples de son comportement et allez rencontrer votre supérieur ou votre délégué syndical. Par souci de transparence, mentionnez à votre collègue ce que vous avez l’intention de faire.



Partagez cette nouvelle!

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.

Les employeurs qui recrutent
  • ZSA
  • Collège Inter-Dec
  • Pillière Bolduc Notaires
  • La Presse
  • Espace Physio Forme Inc
  • Gowling WLG
  • Desjardins
Recevez les derniers articles Carrière
et offres d'emplois directement dans votre boîte de réception!
Vous avez des questions?
Nous sommes ici pour vous aider.