Bore-out : « Je finis par me sentir inutile »

, par Theodora Navarro.

Sept. Voici le nombre d’emplois par lesquels est passée Corinne depuis qu’elle a quitté, il y a une quinzaine d’années, le poste qu’elle occupait depuis 11 ans. Des emplois parfois temporaires, et parfois permanents, qui lui ont laissé un goût amer. Elle avait du mal à mettre des mots sur sa situation, jusqu’à ce qu’elle comprenne qu’il s’agissait de bore-out, le syndrome de l’épuisement professionnel par l’ennui. Pour Secrétaire-inc, elle témoigne.

À la suite de son premier contrat de 11 ans, Corinne a été embauchée pour une entreprise de vêtements, comme adjointe administrative. « On travaillait à aire ouverte et je voyais les autres s’agiter, s’agiter, comme de petites abeilles… et moi je n’avais rien à faire. » Corinne décide de demander un peu plus de travail à ses responsables, arguant qu’elle a « du temps ». On lui confie du classement à faire. « Le problème, lorsqu’on demande à effectuer du travail supplémentaire, c’est que l’on vous confie de petites tâches, du rangement, du classement. Et surtout, tout cela reste sporadique. Ma charge de travail a été plus importante durant deux semaines, puis le flot est redevenu moindre. » Elle quitte son poste, mais les choses se reproduisent au sein de l’emploi suivant. « On m’embauche, puis on me dit ensuite qu’on a pas assez de travail pour combler mes heures. » Les autres postes ne lui offriront pas plus de tâches. « L’adjointe précédente avait quitté au motif qu’elle voulait affronter “d’autres défis”, pour moi c’est une manière de dire que la charge de travail était trop rare et qu’elle voulait à tout prix trouver autre chose. »

Isolée

Un emploi pour vous?

Consciente que cet ennui est en train de la ronger, Corinne se décide à en parler à des proches. Ceux-ci peinent à comprendre sa situation. « J’ai un bon salaire, des conditions de travail idéales et en plus j’ai réussi à retrouver un très bon poste alors que j’avais déjà 55 ans! Ils me demandent ce que je pouvais envisager de mieux… »

Se sentant de plus en plus isolée, Corinne se tourne alors vers les organismes d’aide aux employés. « On m’a dit d’être proactive, mais je ne fais que ça, je demande sans cesse qu’on me confie de nouvelles tâches… » Elle est consciente aussi que ses demandes à répétition comportent un risque. « J’ai peur que l’on finisse par me dire que, vu que je n’ai pas assez de travail, on pourrait tout aussi bien réduire mes heures. »

L’autre conseil que Corinne entend souvent, c’est que le travail n’est pas tout et qu’elle devrait privilégier sa vie personnelle. « C’est ce que j’ai fait : je me suis inscrite à des cours, j’ai rencontré de nouvelles personnes. Mais, dans les faits, lorsque les choses ne se passent pas bien au travail, cela vous poursuit jusque dans la sphère privée. C’est la première chose dont on parle aux gens que l’on rencontre, et à force, ils finissent par penser que vous ne savez que vous plaindre! »

Le cercle vicieux

Présentement, Corinne occupe un poste pour lequel elle a été claire dès le départ en évoquant sa situation lors de la première entrevue. « Ils ont souri, en me disant qu’ici, je ne risquais pas de m’ennuyer. » Et c’était vrai : elle a passé les trois premiers mois à travailler d’arrache-pied pour organiser plusieurs événements. Et puis la pression est retombée : « Le reste de l’année, je suis censée être en back-up pour les autres secrétaires, mais le travail se fait rare. » Elle a désormais changé de service, mais ne retrouve toujours pas l’émulation nécessaire.

« Le plus dur, dans cette histoire, c’est de se sentir seule et responsable de la situation. N’importe qui dira que mon sort est entre mes mains, qu’il me suffit d’être proactive, de demander plus de travail, plus de responsabilités ou de changer d’emploi si celui-ci ne me convient vraiment pas. Mais j’ai changé, j’ai demandé, je ne sais plus quoi faire. Si au moins je savais que d’autres adjointes sont dans mon cas, si nous pouvions en parler alors je serais peut-être capable d’accepter la situation ou de faire en sorte que celle-ci m’affecte moins… »



Partagez cette nouvelle!

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.

Les employeurs qui recrutent
  • Pillière Bolduc Notaires
  • CHRISTIN CHEVROLET BUICK GMC
  • Gowling WLG
  • Espace Physio Forme Inc
  • Collège Inter-Dec
  • Desjardins
  • ZSA
  • La Presse
Recevez les derniers articles Carrière
et offres d'emplois directement dans votre boîte de réception!
Vous avez des questions?
Nous sommes ici pour vous aider.