Ce que les Y veulent, les employeurs ont intérêt à le vouloir

, par Therese Garceau.

Les décennies 80 et 90 ont vu naître un tout nouveau modèle dans le monde du travail et une toute nouvelle génération, celle des Y. Bien différents de la cohorte des X et encore davantage de la désormais lointaine génération de baby-boomers; pour qui « travail » rimait habituellement avec job à vie, régime de retraite généreux et liberté 55.

Bien ancrés dans la nouvelle économie du travail, les Y sont désormais plus nombreux sur le marché du travail que leurs prédécesseurs et les employeurs doivent maintenant suivent leurs règles du jeu. Un article, d’abord publié sur le financialpost.com sous la plume de Kristia Jones et dont l’essentiel fut relayé par Martin Mercier dans le blogue de technologie.com, nous en apprend davantage sur les aspirations de cette génération qui représente aujourd’hui 35 % de la main-d’œuvre au pays.

Formation et technologie

Un emploi pour vous?

Nés à l’ère du numérique, les Y réclament de leurs employeurs de la formation adaptée sur les lieux de travail, des équipements technologiques de pointe et des outils qui répondent à leurs attentes et qui leur permettent de rester à jour dans leurs compétences. Selon une récente enquête de la firme Accenture, plus des trois quarts des finissants de 2015 disent s’attendre à recevoir une formation officielle au sein de l’entreprise qui les recruteront. Un chiffre qui dépasse de beaucoup les résultats obtenus pour la même question les deux années précédentes.

La balle est donc dans le camp des employeurs et des conseillers en ressources humaines. Leur plus grand défi : s’assurer de prendre les mesures adéquates pour attirer et fidéliser les meilleurs candidats. Pour rester dans le coup, non seulement les entreprises doivent-elles offrir de la formation en ligne à leurs nouveaux employés, mais aussi leur permettre de vivre une expérience numérique conviviale et adaptée à leurs préférences au chapitre des plateformes : podcasts, exercices de mise en situation ou encore des travaux pratiques interactifs.

La ludification du travail

Que les employeurs se le disent : les recrues de la génération Y souhaitent être diverties au travail. Ils veulent évoluer dans un cadre ludique qui leur permettra de conjuguer travail et plaisir. Le jeu fait partie intégrante de leur conception du travail. Hors de ce cadre, les tâches risquent d’être considérées comme sans intérêt ou démotivantes.

À n’en pas douter, les employeurs doivent très rapidement se mettre au diapason de cette génération branchée, numérisée et multiplateformisée, au risque de voir cette main-d’œuvre ultra techno leur échapper.



Partagez cette nouvelle!

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.

Les employeurs qui recrutent
  • Pillière Bolduc Notaires
  • Desjardins
  • Espace Physio Forme Inc
  • Gowling WLG
  • Collège Inter-Dec
  • ZSA
  • La Presse
Recevez les derniers articles Carrière
et offres d'emplois directement dans votre boîte de réception!
Vous avez des questions?
Nous sommes ici pour vous aider.