Collègues toxiques ? Jouez la carte de l’humour!

, par Louise Proulx.

Vous arrive-t-il de vous sentir complètement déstabilisée par les réactions biaisées d’un collègue? Certaines personnes ont la fâcheuse habitudes de vous faire porter le blâme pour des situations qu’ils ont eux-mêmes engendrées. Ce sont des personnalités toxiques qui ont comme objectif principal de vous déstabiliser en semant le doute dans votre esprit.

Sachez repérer ces moments déstabilisants pour ne pas tomber dans le piège de la culpabilité. Ne discutez pas avec lui en essayant de lui faire entendre raison, vous ne gagnerez pas. Gardez plutôt votre calme et utilisez l’humour comme porte de sortie.

Voici quelques exemples de situations où l’humour pourrait vous donner un joyeux coup de pouce :

Un emploi pour vous?

« Ce n’est pas ma faute ! »

Votre collègue doit sortir faire une course. Il pleut à verse dehors et il n’a pas de parapluie. Comme vous êtes gentille, vous lui offrez le vôtre. Il revient de sa sortie avec votre parapluie en lambeaux en déclarant : « Mais oui, mais si tu m’avais montré son fonctionnement aussi, il serait pas brisé. »

Réaction spontanée : « Comment ça, c’est de ma faute ? C’est un parapluie, pas besoin de mode d’emploi… » Mais comme vous êtes sensible et que vous vous remettez facilement en question, vous commencez déjà à vous sentir coupable.

La réplique qui tue : « Ah, ben oui, j’aurais donc dû sortir avec toi, te l’ouvrir et le tenir au dessus de ta tête. Franchement, je suis vraiment insouciante… »

« C’est moi qui ai raison ! »

Votre patron a manqué un rendez-vous important parce que votre collègue n’a pas confirmé avec le client comme il le devait. Déçue, vous le mentionnez à votre collègue qui vous répond : « Mais, je sais que je n’ai pas confirmé. C’est stupide de confirmer. Les gens devraient prendre pour acquis que le rendez-vous est confirmé dès la première fois qu’on leur dit. Pourquoi faire le travail deux fois ? »

Réaction spontanée : « Oui, mais ça fait partie de tes responsabilités de faire les confirmations. À cause de toi… » Ça ne donne rien. Votre interlocuteur connaît votre esprit logique et il s’en servira. « Ah oui, alors, toi, tu trouves ça logique de faire le travail deux fois et d’être payé pour faire des choses complètement inutiles ? »

La réplique qui tue : « Mais oui, c’est vrai, tu as complètement raison. Le patron va être content de savoir que sa façon de fonctionner peut être améliorée. Il sera d’autant plus heureux d’avoir un employé de moins à payer. »

L’agressif agressé

Vous demandez de l’aide à votre collègue pour faire des photocopies. Il vous répond bêtement : « T’es fatigante avec tes demandes. J’ai vraiment pas le temps de faire tes commissions. Arrange-toi donc avec tes tâches ! » Abasourdie, vous répondez : « C’est pas très aimable comme réponse. » Il vous plaque en disant : « My god ! t’es donc ben agressive. »

Réaction spontanée : « Non, aucunement, c’est toi qui m’agresse… » Comme vous êtes une personne sensible, votre collègue vous tournera en dérision en prenant son air éploré, une main sur le coeur, affirmant que vous lui faites de la peine comme d’habitude, alors qu’il vous avait simplement indiqué qu’il n’avait pas le temps.

La réplique qui tue : « Merci de me le faire remarquer, je pensais que je me plaignais. »



Partagez cette nouvelle!

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.

Les employeurs qui recrutent
  • ZSA
  • Gowling WLG
  • Pillière Bolduc Notaires
  • La Presse
  • Desjardins
  • Collège Inter-Dec
  • Espace Physio Forme Inc
Recevez les derniers articles Carrière
et offres d'emplois directement dans votre boîte de réception!
Vous avez des questions?
Nous sommes ici pour vous aider.