Comment parler argent en entrevue?

, par Secretaire-inc.

Combien gagne la collègue du 5e qui a le même travail que vous? Pourquoi n’avez-vous eu aucune augmentation depuis longtemps? Il faut toujours gardez à l’esprit que le salaire brut n’est pas forcément le reflet de ce vous gagnez.

Pour être certaine d’avoir le salaire que vous méritez vraiment, rien de tel que d’en parler dès l’entretien d’embauche. Voici comment les choses vont se dérouler.

Priorité au recruteur

Un emploi pour vous?

Il est toujours bon de laisser le recruteur débuter le volet rémunération. Une fois sa proposition sur la table, prenez le temps d’en faire le tour, d’en analyser les bons et les mauvais côtés. S’il vous coince d’emblée avec la fameuse question : «Combien espérez-vous gagner? », soyez sur vos gardes, ne donnez jamais de chiffres ni d’arguments pour toucher telle somme ou une autre.

Au contraire, renvoyez-lui la question : «J’imagine que vous avez déjà une idée précise sur le salaire que vous voulez m’offrir… À quel montant pensiez-vous?» Avec une telle réponse, vous le placez devant le fait accompli, et il sera conscient que vous savez mener des discussions sur les salaires.

Décidé, le patron se lance et vous fait une offre: ne répondez jamais immédiatement! Abordez plutôt les autres aspects. Demandez des précisions sur les assurances collectives, les primes, les congés, le télétravail… En agissant de la sorte, vous montrez à votre recruteur que vous faites le tour du jardin pour voir si son offre est assez conséquente.

Pourquoi ne pas parler du salaire en premier?

Selon Catherine Bouchereau, chargée de recrutement au sein d’Aviva France, prendre l’initiative de parler de son salaire avant que le recruteur n’en parle, c’est donner l’impression que vous n’êtes intéressée par ce travail que pour l’argent. Ainsi, les candidats qui obtiennent généralement de bonnes appréciations sont ceux qui ne parlent pas du salaire en premier. Il est toujours bien vu de montrer son enthousiasme à vouloir travailler pour la compagnie.

Donner l’image de celle qui veut participer à l’effort collectif au sein de l’entreprise encourage bien des recruteurs à faire confiance et à délier les cordons de la bourse. Du coup, plus cette confiance s’installe entre vous et le recruteur, plus vous aurez de chances d’aborder autant de sujet que vous voulez, notamment votre bonne rémunération.

Statu quo

Négocier son salaire ne doit pas se faire en 5 minutes chrono. Il s’agit d’un échange de propositions: chacun tâte le terrain et énumère ses atouts. Catherine Bouchereau rappelle d’ailleurs qu’il est toujours préférable de donner une fourchette de salaires que de donner un montant fixe.

Ainsi, si vous pensez que vous méritez de toucher 40 000$ par année, il est plus judicieux de mentionner une fourchette entre 38 000 et 42 000$. L’idée est d’amener votre futur employeur à vous proposer lui-même les 40 000$. Certains recruteurs seront toujours tentés de vous offrir le salaire le plus bas, ne serait-ce que pour avoir le dernier mot. Dans l’éventualité où vous aurez proposé directement 40 000, il pourrait vouloir baisser un peu le montant et vous offrir 38 000, voire 37 000$..

Dernier point: si le recruteur n’est pas emballé par la fourchette que vous lui proposez, ne fermez pas le dialogue immédiatement. Il est toujours bien vu de fournir des arguments pour montrer pourquoi vous valez ce salaire. S’ils sont en béton, votre futur boss suivra certainement le montant que vous évoquez.



Partagez cette nouvelle!

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.

Les employeurs qui recrutent
  • Pillière Bolduc Notaires
  • Collège Inter-Dec
  • ZSA
  • La Presse
  • Espace Physio Forme Inc
  • Gowling WLG
  • Desjardins
Recevez les derniers articles Carrière
et offres d'emplois directement dans votre boîte de réception!
Vous avez des questions?
Nous sommes ici pour vous aider.