D’avocate à secrétaire!

, par Secretaire-inc.

Maya Gerdzhikova était avocate en Bulgarie. C’est son mari qui, après avoir fait des stages aux États-Unis, a constaté que leur avenir serait meilleur en venant s’installer à Montréal. La dame de 33 ans a accepté de raconter son parcours…

Pourquoi êtes-vous partis de la Bulgarie?

Le pays était en crise, plusieurs compagnies fermaient, le taux d’inflation augmentait… J’étais avocate pour une grande compagnie dans l’alimentation, mon mari travaillait aussi, et malgré tout, nous arrivions difficilement à joindre les deux bouts. Comme employée, je ne faisais pas beaucoup d’argent. Et partir à mon compte aurait été difficile car il y avait affluence de cabinets privés.

Un emploi pour vous?

Comment s’est passée votre arrivée à Montréal?

Mon mari a trouvé du travail dès notre arrivée alors que moi, j’étais enfermée à la maison avec mon bébé. C’était difficile parce que je ne parlais que le bulgare et que je ne connaissais personne. Les trois premiers mois, j’étais isolée, déprimée. C’est en commençant les cours de francisation que tout s’est enclenché. J’étais engagée dans mes études et j’ai connu des amis.

Pourquoi êtes-vous devenue secrétaire?

La maîtrise en droit obtenue en Bulgarie équivaut ici à un BAC. Plutôt que de reprendre mes études universitaires, j’ai choisi de faire un DEP en secrétariat. Et depuis un an, j’occupe le poste de secrétaire de direction à la Direction Régionale d’Emploi-Québec. C’est une équipe extraordinaire. Je m’y sens à l’aise et j’aime mon travail. Chaque jour est différent et j’apprends constamment de nouvelles choses. Je fais de mon mieux pour aider les professionnels pour qui je travaille.

Rêvez-vous encore de pratiquer le droit?

Quand on quitte un pays, c’est une nouvelle vie qu’on recommence ailleurs. Le droit, je l’ai fait en Bulgarie : ici, c’est un chemin différent. Mon mari aussi a complètement changé de domaine. J’ignore si je serai secrétaire toute ma vie, mais j’ai encore beaucoup à apprendre. Tout ce que j’ai appris en secrétariat était nouveau pour moi! Et dans la fonction publique, il y a plusieurs possibilités de changer de travail. Aussi, lors de la fin de ma maîtrise, j’avais dit que je n’étudierais plus jamais… Depuis, j’ai appris à ne plus jamais dire jamais.

Avez-vous des regrets?

Au contraire, je suis très contente et mon mari aussi. Nos parents, qui habitent encore là-bas, sont aussi très heureux pour nous. Nos enfants sont biens, ils fréquentent l’école publique et parlent très bien le français. Ils apprendront éventuellement l’anglais. Notre vie est beaucoup plus facile financièrement. Nous connaissons la ville et avons une vie sociale. Tellement que, lorsque je vais en Bulgarie, je me sens étrangère. Émigrer, ça change nos points de vue.

Avez-vous des conseils pour ceux qui voudraient émigrer?

Je leur dis : Soyez courageux, il n’y a rien que vous ne puissiez accomplir. Quand on veut, on peut!



Partagez cette nouvelle!

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.

Les employeurs qui recrutent
  • Gowling WLG
  • Pillière Bolduc Notaires
  • Espace Physio Forme Inc
  • Desjardins
  • La Presse
  • ZSA
  • Collège Inter-Dec
Recevez les derniers articles Carrière
et offres d'emplois directement dans votre boîte de réception!
Vous avez des questions?
Nous sommes ici pour vous aider.