De gérante d’équipe de hockey à secrétaire

, par Louise Proulx.

Michèle Dion, 42 ans, travaille comme adjointe administrative à la Fédération des caisses Desjardins, à Lévis. Avec beaucoup de générosité, elle nous livre son témoignage.

Pourquoi avez-vous choisi le métier d’adjointe?

En fait, je n’ai pas étudié en secrétariat. J’ai fait une technique en administration au cégep et, au début de ma vie professionnelle, j’ai travaillé à différents endroits : usine, concessionnaire automobile… Puis, je suis entrée chez Desjardins en 2006 comme commis aux comptes à payer. C’est là que j’ai découvert le métier d’adjointe — parce qu’il n’y avait pas d’adjointe dans mes emplois précédents — et que j’ai pensé que je pourrais être bonne là-dedans.

Un emploi pour vous?

Qu’est-ce qui vous faisait croire ça?

Je suis mère de trois enfants très sportifs. Mon plus vieux a toujours joué au hockey dans un calibre de compétition et j’ai longtemps été gérante de l’équipe. J’étais en quelque sorte l’adjointe du coach. Je gérais les sorties au restaurant, les chambres d’hôtel, le budget de l’équipe, je transmettais les communications aux parents… J’étais très organisée. Par exemple, je distribuais des feuilles aux joueurs dans l’autobus pour qu’ils cochent quelle viande ou quel pain ils voulaient pour leur sandwich pour que ça aille plus vite au restaurant. Je pense sincèrement que c’est cette expérience qui m’a emmenée à être adjointe.

Comment êtes-vous passée de commis à adjointe chez Desjardins?

En 2010, la directrice qui m’avait engagée comme commis se cherchait une adjointe. J’ai communiqué avec elle pour avoir son pouls en lui disant que je pensais pouvoir être bonne dans ce rôle. Je suis, entre autres, très organisée et j’ai de l’initiative. Elle m’a donné raison, mais mon CV n’était pas en haut de la pile. Elle m’a tout de même fait passer une entrevue et c’est là que je me suis démarquée. Elle m’a engagée.

Qu’est-ce que vous aimez le plus dans votre métier?

J’aime pouvoir utiliser mon expertise pour aider et organiser les autres. Je suis quelqu’un qui aime l’action. J’ai plein de talents et je suis contente d’avoir la chance de les mettre à contribution.

Votre poste a-t-il évolué depuis 2010?

Oui, beaucoup. Au début, j’étais dans un poste où les mêmes tâches revenaient périodiquement. Puis, ma patronne a été permutée dans un poste pour travailler sur un projet où on ne sait jamais ce qui va se passer d’une semaine à l’autre. Afin de pouvoir la suivre, j’ai dû repasser par le processus d’entrevue. Elle voulait être certaine que je sache dans quoi j’allais m’embarquer. Je l’ai rassurée. Elle m’a gardée avec elle.

De plus, il y a quelques semaines, un rôle s’est ajouté à mes tâches. Je suis devenue également l’adjointe à distance d’une autre directrice tout en gardant mon poste avec ma patronne régulière qui est mon port d’attache.

Vous semblez très attachée à votre première patronne?

Oui, Christiane est une femme humaine, généreuse et très exigeante. Elle a toujours respectée où j’étais rendue tout en m’emmenant toujours plus loin. Elle ne m’a pas gardée dans sa garde-robe. Elle m’a fait briller devant les autres. Elle est contente pour moi de ce nouveau statut qui m’a été octroyé par l’autre directrice.

Un petit mot de la fin?

Être une bonne adjointe, une super adjointe, c’est bien sûr être organisée, dévouée, minutieuse, débrouillarde… On donne un service et il faut toujours être au top. Mais ce qui est autant important, c’est d’avoir, en plus, le sourire dans la voix.



Partagez cette nouvelle!

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.

Les employeurs qui recrutent
  • Desjardins
  • La Presse
  • ZSA
  • Espace Physio Forme Inc
  • Pillière Bolduc Notaires
  • Gowling WLG
  • Collège Inter-Dec
Recevez les derniers articles Carrière
et offres d'emplois directement dans votre boîte de réception!
Vous avez des questions?
Nous sommes ici pour vous aider.