Discriminés à cause de leur obésité

, par Secretaire-inc.

«Je suis obèse, je le sais, mais je n’y peux rien, je peine à trouver un emploi. À chaque entrevue, le recruteur regarde plus mon physique que mon CV, ça me déprime!»

Des phrases comme celles-ci sont devenues légion sur les forums de recherche d’emploi. En 2003, 14 % des Québécois souffraient d’obésité. De plus, la prévalence de l’obésité chez les adultes québécois est passée de 43 % en 1990 à 56 % en 2004.

Au Canada, en 2005, le chiffre était encore plus effarant, avec plus de deux millions de travailleurs souffrant d’obésité. Directrice de la recherche au Rudd Center for Food Policy and Obesity de la Yale University, Rebecca Puhl, souligne que dans le milieu du travail, les personnes obèses qui postulent à un emploi sont moins susceptibles d’être engagées que les personnes plus minces, même si leurs CV, les diplômes et la formation sont identiques.

Un emploi pour vous?

Des travaux de recherche réalisés au Canada et aux États-Unis ont documenté les nombreuses conséquences de la discrimination exercée contre les personnes obèses.

L’obésité en France

En France, la situation est presque identique, l’IFOP, l’institut de sondages d’opinion français, vient de publier les résultats d’un récent sondage sur les discriminations au travail. Une fois de plus, si on recherche un travail, il est souhaitable d’être blanc, beau et surtout pas gros.

L’institut savait déjà qu’une personne obèse avait moins de chance d’être recrutée qu’une personne mince. En 2005, l’Observatoire de la Discrimination avait déjà envoyé deux CV identiques en modifiant seulement la photo du candidat (en France, les CV comportent une photo). Le recruteur cherchait à embaucher un agent de centre d’appel. Sur la première photo, le candidat était mince, alors que sur la seconde, la photo montrait une personne obèse. Le résultat avait été sans appel : le candidat obèse recevait 3 fois moins de réponses positives pour le poste.

L’injustice envers les obèses

L’étude de l’Ifop, qui a été menée sur plus de 1000 salariés, montre que la discrimination est en nette hausse, tant dans le privé que dans le public.

Que faire alors? Certes la loi prévoit bien des sanctions en cas de discrimination avérée, mais les dépôts de plainte sont rares, d’où le fait que les gens se lassent d’aller jusqu’au bout de leurs doléances.

Peut-être qu’il faut déjà, comme première approche, arrêter de stigmatiser cette catégorie de personnes. Car à force d’être mises à l’index, y compris parfois depuis leur tendre enfance, les personnes obèses ont une telle mauvaise opinion d’elles-mêmes qu’elles sont persuadées que tout ce qui leur arrive est de leur faute et qu’elles méritent finalement leur sort!



Partagez cette nouvelle!

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.

Les employeurs qui recrutent
  • La Presse
  • ZSA
  • Espace Physio Forme Inc
  • Collège Inter-Dec
  • Pillière Bolduc Notaires
  • Gowling WLG
  • Desjardins
Recevez les derniers articles Carrière
et offres d'emplois directement dans votre boîte de réception!
Vous avez des questions?
Nous sommes ici pour vous aider.