Grossophobes, les employeurs?

, par Louise Proulx.

Au Québec, la loi interdit la discrimination sur la base de l’apparence physique. Pourtant, les personnes en surpoids semblent faire peur à certains recruteurs. En 2020, les employeurs seraient-ils encore grossophobes?

Le culte de la minceur est partout! Les gens ont tendance à penser qu’une personne mince est enthousiaste, fonceuse, travailleuse et qu’au contraire, une personne ronde est paresseuse, lente et sans estime de soi.

Selon de nombreux articles publiés sur le sujet, la société entretient la peur des personnes jugées trop grosses, d’où le qualificatif de grossophobes. L’ostracisation se passe dans les cours d’école et aussi, malheureusement, sur le marché du travail. Une étude britannique, menée en 2016, par un chercheur de l’Université de Leeds a même révélé que les gens obèses — surtout les femmes — sont considérés moins aptes à mener à bien leur travail.

Un emploi pour vous?

Au Québec, la Charte des droits et libertés de la personne proscrit toute forme de discrimination sur la base de caractéristiques personnelles telles que l’âge, l’orientation sexuelle, l’origine ethnique ou religieuse… L’apparence physique ne peut pas faire partie des critères d’embauche. Ce n’est pas socialement acceptable.

La loi du silence

Il reste que, sur le marché de l’emploi, la discrimination est bien présente. Mais personne n’en parle.

Comme l’a mentionné la chasseuse de tête Annie Lebeau, présidente de Capital GRH, à la journaliste Marie-Claude Lortie : « Il serait utopique de penser que l’image corporelle n’a rien à voir avec les décisions d’embauche. » Elle ajoute : « Ai-je déjà vu des cas flagrants? Non, parce qu’on ne le dira pas. »

Comme le déclare la spécialiste du recrutement, les employeurs trouveront d’autres prétextes que le poids ou l’apparence pour refuser la candidature d’une personne. On dira qu’on remet l’embauche à plus tard, que les compétences recherchées ont changé, qu’on ne peut pas offrir le salaire visé… Mme Lebeau déplore le fait que les employeurs passent parfois à côté de gens extraordinaires.

Un cas flagrant de discrimination

La présidente-directrice générale du Réseau des femmes d’affaires du Québec a été témoin d’un cas de discrimination frappant il y a quelques années. Pour répondre à la requête d’un recruteur, elle trouve la candidate idéale pour le poste à combler. Le recruteur est ravi. Elle a tout ce qu’il faut : aptitudes, compétences, expertises… Lors de l’entrevue, lorsqu’il constate l’apparence physique de la dame, il déchante : « Comment as-tu pu penser que j’embaucherais cette personne? No way qu’on va l’engager! »

Poids et santé

On le sait tous, le poids n’a rien à voir avec les qualités humaines et les compétences au travail. C’est une simple question de préjugé. D’après Mme Lebeau, les gens ne diront pas que l’apparence en soit déplaît, mais qu’ils craignent l’absentéisme de l’employé dont la santé est certainement fragile.

Encore une fois, la croyance populaire, renforcée par les campagnes de santé publique, veut que les gens en surpoids souffrent nécessairement de diabète ou d’une maladie coronarienne. Ou encore, qu’ils manquent sûrement de volonté puisque, pour maigrir, il suffit de moins manger. Cette attitude est de la grossophobie.

Pourtant, les personnes en surpoids qui ont réussi au fil du temps à perdre plusieurs kilos en suivant de nombreux régimes, ont dû faire preuve de beaucoup de volonté. Les personnes minces, de leur côté, peuvent très bien souffrir d’un trouble alimentaire qui les amène à se priver et donc à manquer de concentration au travail.

En définitive, à cause de la grossophobie, les employeurs se privent de candidats et de candidates de choix. À quand une campagne de promotion pour la diversité corporelle au sein des entreprises?



Partagez cette nouvelle!

2 réponses à “Grossophobes, les employeurs?”

  1. rusudorel2003

    A L’adecco ils se sont moqué de ma bedaine !….

  2. mpmonette81

    J’ai vécu cette discrimination durant 30 ans et elle dure encore. Je dirais plus que jamais. Il faut tellement être “parfait” dans tout. Les employeurs sont HYPER exigeants. Non seulement, il faut posséder les compétences, le savoir faire et le savoir être pour occuper le poste mais il faut aussi une belle apparence pour l'”image” de la compagnie.

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.

Les employeurs qui recrutent
  • Desjardins
  • Gowling WLG
  • La Presse
  • ZSA
  • Pillière Bolduc Notaires
  • CHRISTIN CHEVROLET BUICK GMC
  • Collège Inter-Dec
  • Espace Physio Forme Inc
Recevez les derniers articles Carrière
et offres d'emplois directement dans votre boîte de réception!
Vous avez des questions?
Nous sommes ici pour vous aider.