En amour avec son boss… il la congédie!

, par Secretaire-inc.

Tout commence au mois de mai 2008. Louise Mathieu, une secrétaire célibataire dans la quarantaine, postule pour un poste d’adjointe administrative. Pour mener l’entrevue, le directeur de l’usine reçoit lui-même la candidate. Bel homme, beau parleur surtout, le courant passe très bien et très vite.

Louise est engagée sur le coup. À sa grande surprise d’ailleurs, elle qui n’avait jamais eu de réponse aussi rapide à une offre d’emploi.

Durant plusieurs mois, son patron est aux petits soins, la chimie s’installe tellement qu’ils en sont étonnés tous les deux.

Un emploi pour vous?

« Nous étions sur la même longueur d’onde », raconte Louise, qui a eu 50 ans il y a quelques jours.

Une entente exceptionnelle

Trois mois seulement après son embauche, le patron lui propose de sortir avec lui. Étonnée d’abord, Louise refuse, arguant que la compagnie possède des règlements stricts en la matière.

« Que penseraient les collègues s’ils venaient à le savoir », lui disait-elle.

Rien n’y fit. Le boss revient à la charge avec insistance : « C’est tout de même ma vie privée », lui répondait-il à chaque fois. Une fois, deux fois, Louise finit par céder. Pendant quelques mois, ils sont tous deux sur un nuage blanc et le patron se plie volontiers en quatre pour son adjointe, à tel point qu’il ne lui refuse rien. Son travail est reconnu et sa présence est fort appréciée. La relation est tellement fusionnelle qu’ils vont ensemble à Cuba pour une semaine de vacances…

Le début du cauchemar

La tempête finit tout de même par pointer du nez. Gentil qu’il était à ses débuts, il commence par lever le ton et, petit à petit, à lui envenimer la vie. D’abord, au travail, il la traite de tous les noms, le plus souvent d’incompétente.

« Devant mes collègues, il n’hésitait pas une seconde à me rabaisser, comme si j étais son jouet, sa chose », se souvient Louise.

De plus en plus détestable, il finit par lui proposer des choses qui ne sont pas de ses compétences, comme régler des problèmes d’ordinateur, d’informatique.

« Toutes les occasions étaient bonnes pour lui de m’humilier, comme s’il éprouvait du plaisir à le faire. »

Très vite, la descente aux enfers s’accélère pour Louise, il feint de ne plus la voir au bureau et, coup de massue, il la rétrograde au poste de commis de bureau, tout en maintenant son salaire.

Le patron, qui était tout miel à ses débuts, finit par lui dire les quatre vérités en face. Il la trouve trop stressante et par sa faute, il consulte désormais un médecin. Pour Louise, cela ne peut plus durer. Les choses sont allées beaucoup trop loin. Vers la mi-juin 2009, il décide de mettre un terme à ses fonctions au sein de la compagnie, il supprime carrément son poste et la limoge.

La délivrance

Pour celle qui venait au travail en pleurant, c’est une délivrance. Elle n’aura plus à voir le visage de ce monstre qui l’a poussée doucement vers un état de quasi-dépression.

« Encore aujourd’hui, même si je ne le vois plus, la nuit, il m’arrive d’entendre ses cris », ajoute Louise.

Comble de tout, sa méchanceté a encore frappé dernièrement, puisqu’il est allé jusqu’à fournir de mauvaises références à une responsable qui désirait embaucher Louise. À l’aide social depuis deux ans, elle cherche désespérément un emploi pour retrouver sa dignité…



Partagez cette nouvelle!

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.

Les employeurs qui recrutent
  • La Presse
  • Collège Inter-Dec
  • Espace Physio Forme Inc
  • Desjardins
  • Pillière Bolduc Notaires
  • Gowling WLG
  • ZSA
Recevez les derniers articles Carrière
et offres d'emplois directement dans votre boîte de réception!
Vous avez des questions?
Nous sommes ici pour vous aider.