Faites-vous la bise au travail?

, par Secretaire-inc.

Tradition française par excellence, faire la bise au travail est entré dans les mœurs depuis bien longtemps. Dans la culture française, le baiser sur la joue est un signe d’affection.

Mais voila, autant la bise est un acte social, autant il est aussi à l’origine de nombreux malaises. Ainsi, quand on ignore d’où vient une personne, on peut quelque fois vivre un moment embarrassant.

En Allemagne

Un emploi pour vous?

Les employés disent NON. Évitez donc de faire la bise à un collègue de travail. Les Allemands ont l’habitude de faire juste Hallo avec la main. Le cas de la chancelière allemande Angela Merkel est un exemple. Quand l’ex président français Nicolas Sarkozy l’embrassait, la chancelière esquissait machinalement un mouvement de recul.

En Amérique du Sud

Lorsque deux personnes discutent, elles se placent volontiers plus proches l’une de l’autre et n’hésitent pas à se toucher. Voilà une façon d’être parfaitement tabou au sein des entreprises allemandes!

Aux États-Unis

L’Amérique puritaine est encore au tout début de ses balbutiements. Le « baiser social » gagne certes du terrain et se développe progressivement. Mais encore de nos jours, ce n’est pas chose fort appréciée aux États-Unis.

En Chine

Éviter les embrassades, les Chinois sont encore très pudiques, cela les mettra très mal à l’aise et ils vous le feront sentir. Le Chinois à qui vous allez faire une bise fera un bon en arrière pour vous montrer sa désapprobation.

Au Japon

Il ne faut jamais faire la bise ni tendre la main en guise de salutation. Pour saluer, on se courbe tout simplement. Les Japonais évitent tout contact physique entre eux. N’allez pas les prendre dans vos bras ou par les épaules même si c’est purement amical. La timidité de vos interlocuteurs fera que vous n’arriverez même pas à atteindre leur joue, ces dernières vont reculer et rougir.

Au Vietnam

La bise est tout simplement déplacée. La poignée de main à l’occidentale se démocratise petit à petit. Alors mieux vaut se saluer d’un sourire et d’un léger signe de la tête.

Au Pays-Bas

La bise peut engendrer un malaise chez les néerlandophones, surtout s’ils sont timides. Entre collègues féminines cela passe encore, mais entre hommes, c’est plutôt surprenant. En effet, en Flandre, la bise est plutôt réservée au cercle des intimes.

En Finlande

La bise est une pratique rare, très peu courante, car perçue comme trop intime. Paradoxe des coutumes, si la bise est proscrite, il est considéré normal de participer à un sauna entre collègues en étant nu.

En Russie

Se serrer la main est la façon la plus courante de saluer. Seules les personnes qui se connaissent très bien se font la bise. Mais s’ils vous invitent chez eux, n’essayez pas de leur tendre la main sur le seuil de la porte, c’est perçu comme un mauvais présage !

Au Maghreb

Entre collègues hommes, le baiser représente une grande marque de considération, deux hommes échangeront quatre bises franchement appuyées. C’est plutôt entre hommes et femmes que la chose est totalement bannie au travail.

En Égypte

Les hommes s’embrassent entre eux et se promènent souvent bras dessus, bras dessous sans aucune gêne. En revanche, il faut éviter de faire la bise à une Égyptienne, cela pourrait être vu comme une atteinte personnelle.

En Inde

Pour les personnes très proches, le baiser est assez technique. Il faut faire le bruit du smack sans toucher la joue, trois fois de suite sur la même joue, puis changer de joue et recommencer, ensuite revenir sur la première joue pour faire un cycle de trois fois trois bisous, et recommencer ce cycle trois fois.

En Thaïlande

On ne se serre pas la main et on s’embrasse encore moins. C’est en joignant vos mains, comme les chrétiens qui prient, que vous saluerez. Plus haut vous placerez les mains (poitrine, menton, nez) et plus vous inclinerez la tête, plus vous témoignerez de respect.

Au Brésil

Les embrassades et les accolades sont les bienvenues ! Faire la bise, tenir la personne par les deux mains ou lui faire une petite tape amicale sur l’épaule ou dans le dos : tout se fait au feeling.

Enfin, il est bon de savoir que le baiser date du temps de Jésus-Christ, qui embrassa ses disciples lors de son dernier repas, pour leur dire au revoir. Côté sciences, lors d’un baiser, les deux individus échangent 40 000 parasites, 250 types de bactéries, 9 mg d’eau et dépensent 4 calories par minute. La fréquence cardiaque peut même doubler. Faire la bise utilise 12 muscles faciaux alors qu’un baiser amoureux en sollicite 34.

Mais qu’en est-il au Québec, pouvez-vous nous le dire?



Partagez cette nouvelle!

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.

Les employeurs qui recrutent
  • Espace Physio Forme Inc
  • Pillière Bolduc Notaires
  • Desjardins
  • Collège Inter-Dec
  • ZSA
  • Gowling WLG
  • La Presse
Recevez les derniers articles Carrière
et offres d'emplois directement dans votre boîte de réception!
Vous avez des questions?
Nous sommes ici pour vous aider.