Gérer ma patronne selon sa personnalité

, par Louise Proulx.

Gérer ma patronne trop molle

J’ai un conflit avec une collègue qui me pique mes affaires, qui parle trop fort et dont le bureau est une vraie soue à cochon. J’ai besoin de l’aide de ma supérieure pour rétablir la qualité de l’environnement. Je vais la voir et elle répond : « Ah, ben oui, je comprends… » Et ça s’arrête là. Elle ne lève pas le petit doigt de peur de se faire détester.

Que faire

Un emploi pour vous?

Si ma patronne ne peut pas dire un mot plus haut que l’autre, elle ne le fera pas plus si je dis ses quatre vérités à ma collègue. Ce que je fais. Si rien ne change, je demande une rencontre à trois. Avec ma boss, cette fois. Elle n’aura pas le choix de mettre ses culottes!

Communiquer avec ma chef tyrannique

Heureuse de son petit pouvoir, elle en profite pour en abuser. Reproches cinglants, mots blessants, condescendance, tête haute… Il n’y a rien à son épreuve. Elle nous prend pour des enfants, un point c’est tout.

Que faire

Je conserve toutes les communications écrites harcelantes : courriels, textos, etc. Je signaler la situation à la personne responsable des ressources humaines. Je réunis les collègues qui vivent la même tyrannie. J’organise avec eux une rencontre avec la chef pour lui parler des faits, sans colère ni épanchements. Si rien ne change, je porte plainte à la Commission des normes du travail.

Accepter une super patronne

Avec elle, je suis comblée. C’est la patronne rêvée! Elle est sympathique, enthousiaste, stimulante, complice… Le hic, c’est que je risque de collée derrière ce bureau pendant trente ans.

Que faire

Je continue de collaborer avec elle du mieux que je peux. Si elle est si parfaite, son rôle évoluera et j’évoluerai avec elle.

Travailler avec la chef « worhaolic »

Elle arrive aux petites heures et repart bien après le crépuscule. Elle déjeûne devant l’ordi, dîne au téléphone et soupe en quinze minutes entre deux rendez-vous. Soirs, fins de semaine, vacances, peu importe l’heure et le moment, elle répond à tous les messages et finalise ses dossiers. Bref, c’est une workaholic finie et, moi, je passe mon temps à culpabiliser de ne pas travailler autant. Pas facile…

Que faire : Ce qu’elle fait de sa vie, ça ne regarde qu’elle. Je ne suis pas obligée d’être faite pareil, alors à bas la culpabilité tant que j’honore les tâches qui me sont assignées. La bonne nouvelle, c’est que je risque de vivre beaucoup plus longtemps qu’elle.

Gérer ma boss incompétente

Elle gère une équipe de construction, mais ne sait même pas différencier un tournevis d’un marteau ou un devis d’un contrat. Il faut alors tout lui expliquer cent fois parce que « pauvre elle, ce n’est pas de sa faute si elle a hérité de la compagnie de papa ». Le problème, c’est que dès qu’elle fait une erreur, cela me retombe sur le dos. Difficile d’avoir du plaisir à bien faire mon travail s’il n’est jamais reconnu parce que ma boss est encore moins qualifiée que moi!

Que faire

Encore une fois, j’archive ses courriels pour conserver des preuves de son incompétence. Elle ne me fera pas porter le bonnet d’âne sur toute la ligne. Je suis une professionnelle et je ne veux pas que les gens en doutent.



Partagez cette nouvelle!

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.

Les employeurs qui recrutent
  • Pillière Bolduc Notaires
  • ZSA
  • La Presse
  • Espace Physio Forme Inc
  • Collège Inter-Dec
  • Desjardins
  • Gowling WLG
Recevez les derniers articles Carrière
et offres d'emplois directement dans votre boîte de réception!
Vous avez des questions?
Nous sommes ici pour vous aider.