Halte à l’agressivité verbale!

, par Secretaire-inc.

Nous avons tendance à faire fi de l’importance de nos propos. Nous ne sommes pas toujours conscientes de l’agressivité qui se cache parfois dans nos paroles ou dans notre ton.

Lorsque nous avons de la difficulté à gérer le stress et la pression, il arrive très souvent que nos paroles dépassent notre pensée. Cette semaine, j’aimerais attirer votre attention sur les commentaires que vous émettez ainsi que ceux de vos collègues, sans oublier le ton utilisé autant que les mots choisis. Les injures font mal et laissent des traces.

Le fait de proférer des injures à voix haute, lorsque ça ne tourne pas comme vous le voudriez, par exemple, sème un stress certain dans votre entourage. Même si ces commentaires virulents ne trouvent pas preneur, l’agressivité qui s’en dégage plane dans l’air et installe une tension, une panique et même de l’angoisse.

Un emploi pour vous?

Imaginez qu’une collègue douce, sans agressivité, sans méchanceté aucune est votre voisine de bureau et qu’elle entend régulièrement vos injures, devenant ainsi l’auditoire de vos états d’esprit verbaux. Qu’elle le veuille ou non, elle deviendra stressée et possiblement anxieuse à l’idée de passer ses journées complètes à vos côtés.

Gérer son agressivité pour soi et pour l’entourage

Il n’est pas question de tout garder pour soi et de faire semblant que tout va bien lorsqu’il n’en est rien. Il est cependant fort à parier que crier au loup chaque fois qu’un pépin se présente ou exprimer son mécontentement avec des propos ou sur un ton agressif deviennent souvent de mauvaises habitudes.

La plupart du temps, essayer de simplement désamorcer la nouvelle ou l’imprévu fera l’affaire. Il faut relativiser et remettre en contexte l’événement qui, de prime abord, peut sembler catastrophique. C’est très souvent un mal pour un bien.

Par ailleurs, les paroles ne sont pas les seules en cause lorsque vous exprimez de l’agressivité ou de l’impatience. Le ton que vous utilisez, les yeux tournés au plafond, les portes claquées, sont autant d’agression pour votre entourage qui risque de faire fuir vos collègues en plus de créer une mauvaise opinion. En effet, de manière générale, nous n’avons pas envie de nous coller aux gens agressifs, car nous ignorons où et quand ils auront un trop-plein d’émotions négatives.

Alors, je vous conseille de prendre soin de votre langage, de demeurer consciente de votre ton… et de relativiser les éléments qui risquent de vous entraîner dans un état d’exaspération. Respirez et vous verrez les choses autrement. Crier pour rien n’est qu’une mauvaise habitude.

^Sur l’auteure
Depuis plus de 25 ans, Marthe Saint-Laurent a exercé ses fonctions, entre autres, dans le domaine des communications au sein de multinationales, de regroupements gouvernementaux, d’associations et d’entreprises privées. Travailler dans un univers entièrement féminin ou faire sa place dans un monde d’hommes, elle connaît.

La réalité des femmes passionne l’auteure des ouvrages ”Ces femmes qui détruisent les femmes” et L”e bitchage, guide de survie”. Très connue dans le réseau des femmes professionnelles, Marthe Saint-Laurent offre des conférences pour harmoniser les relations au travail. Désireuse de faire émerger le potentiel féminin, elle se spécialise dans l’accomplissement des femmes à partir de leurs forces, de leurs compétences et de leur intelligence.

Marthe Saint-Laurent possède des certificats en français écrit et en rédaction française, en plus d’études en journalisme ainsi qu’en psychologie et d’une formation en coaching.^



Partagez cette nouvelle!

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.

Les employeurs qui recrutent
  • Gowling WLG
  • Pillière Bolduc Notaires
  • Desjardins
  • ZSA
  • La Presse
  • Espace Physio Forme Inc
  • Collège Inter-Dec
Recevez les derniers articles Carrière
et offres d'emplois directement dans votre boîte de réception!
Vous avez des questions?
Nous sommes ici pour vous aider.