Handicap : devez-vous en parler à votre employeur?

, par Theodora Navarro.

Vous souffrez d’épilepsie, vous êtes bipolaire ou vous avez un trouble de l’audition. Devez-vous en parler à votre employeur? Et quels sont les risques d’aborder le sujet avec lui?

Les spécialistes sont formels : un patron n’a besoin d’avoir connaissance de votre maladie ou de votre handicap que si ceux-ci peuvent avoir une influence sur votre travail ou si vous avez un traitement à suivre durant les heures où vous êtes en poste.

Révéler votre situation ne doit pas être pour vous une source de stress. Au contraire, si vous êtes prête à travailler, c’est que vous vous en sentez capable ou que vous en avez déjà fait l’expérience auparavant, à l’image de Stéfanie Beaudet, qui savait que son handicap l’empêchait seulement de porter des choses lourdes ou de passer la journée debout.

Un emploi pour vous?

Pour Martin Prévost, qui oeuvre dans le domaine de l’intégration des personnes handicapées sur le marché du travail depuis 25 ans, il ne faut pas hésiter à amener de la documentation. Informer est la meilleure manière de faire tomber les préjugés, affirmait-il en décembre dernier au journal Métro.

Expliquer est parfois nécessaire, car les préjugés ont la peau dure. Annie Brière, qui a déjà témoigné dans nos pages de son quotidien de secrétaire souffrant de troubles de la personnalité, avoue en souffrir encore. A cause de ses émotions mal maîtrisées, elle peine parfois à gérer sa vie professionnelle, envahie par ses sentiments personnels. Une situation qui pourrait paraître déroutante à son employeur s’il n’avait pas conscience de sa maladie.

Alors comment aborder le sujet? En privé surtout, en sollicitant une entrevue avec son patron si le diagnostic intervient alors que vous êtes déjà en poste. Vous êtes convoquée pour un entretien dans le cadre d’une embauche? Si votre handicap n’est pas visible mais qu’il risque d’influer sur votre travail, abordez le sujet tout en prenant soin de montrer que vous connaissez bien votre maladie ou votre handicap, que vous en avez pris la mesure et que vous savez comment la soigner ou le gérer. A l’instar d’autres expériences de vie, les employeurs voient souvent d’un oeil positif les candidates qui font preuve de recul et d’un gros bon sens sur leur situation personnelle, quel qu’ait été leur parcours de vie.

Handicap et emploi : connaître le CIT
Selon le site du gouvernement, la mesure Contrat d’intégration (CIT) au travail permet à un employeur, à certaines conditions, d’obtenir une compensation financière pour les accommodements requis en raison des limitations fonctionnelles d’une personne handicapée à son service. Il couvre 8 volets : le soutien au salaire, l’accessibilité au lieu de travail, l’adaptation du poste de travail, l’évaluation des capacités, l’interprétariat, la compensation salariale pour traitements médicaux, l’accompagnement et les considérations spéciales. Pour plus d’informations :http://www.personneshandicapees.info.gouv.qc.ca/.



Partagez cette nouvelle!

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.

Les employeurs qui recrutent
  • Desjardins
  • La Presse
  • Collège Inter-Dec
  • ZSA
  • Gowling WLG
  • Espace Physio Forme Inc
  • Pillière Bolduc Notaires
Recevez les derniers articles Carrière
et offres d'emplois directement dans votre boîte de réception!
Vous avez des questions?
Nous sommes ici pour vous aider.