-->

« J’ai enfin décroché le poste de mes rêves! »

, par Louise Proulx.

Malgré un début de carrière un peu cahotique durant laquelle elle a été victime de harcèlement psychologique et de sexisme, notre secrétaire de la semaine a gardé le cap et est enfin assise sur la chaise qu’elle espérait. Récit d’une gagnante…

Roxanne Brunet n’a que 28 ans, mais elle compte déjà 10 années d’expérience comme adjointe administrative.

Harcèlement psychologique au sein d’un cabinet d’ingénieurs, sexisme dans une entreprise de construction (on l’a mise à la porte et on a favorisé un homme pour le poste parce que les clients préfèraient être conseillés par un homme), travail ennuyant dans un syndic de faillite font partie des malheureuses expériences qui barbouillent un peu la feuille de route de Roxanne.

Un emploi pour vous?

Qu’à cela ne tienne, la secrétaire est aujourd’hui fort heureuse là où elle se trouve.

En congé de maternité, la maman de deux jeunes enfants a, en effet, très hâte au mois de septembre pour retrouver ses collègues de travail à l’Association de la construction du Québec où elle porte fièrement le titre de Technicienne en relations de travail.

Comment avez-vous décroché votre poste à l’Association de la construction?

Ça ne s’est pas fait en claquant des doigts. J’ai dû me reprendre à trois reprises à l’intérieur de six années pour réussir à décrocher le poste. La dernière fois, je travaillais dans un syndic de faillite où je m’ennuyais profondément — pas d’avancement, milieu pas très joyeux parce que, évidemment, la clientèle vit des choses difficiles — quand on m’a téléphoné pour une entrevue.

Sincèrement, je ne croyais pas décrocher le poste. Après tout, j’avais échoué deux fois dans le passé, pourquoi réussirais-je cette fois-ci? J’étais donc très détendue et zen lors de l’entrevue, ce qui a peut-être joué en ma faveur. Quoi qu’il en soit, ça a été le coup de foudre entre ma patronne et moi. Elle m’a donc rappelée dès le lendemain pour me dire qu’elle m’offrait le poste.

En quoi cet emploi est-il différent des autres postes occupés dans le passé?

D’abord, à l’Association, je suis traitée sur le même pied d’égalité que tous les autres professionnels. Je m’entends vraiment bien avec ma patronne qui est, elle aussi, en congé de maternité. On se donne d’ailleurs des nouvelles régulièrement.

Non seulement j’ai été merveilleusement accueillie lors de mon entrée en poste, j’ai en plus été promue « technicienne » après seulement 9 mois de travail, et ce, même si je n’ai pas la formation normalement nécessaire pour ce genre de poste. 

En outre, le milieu de vie à l’Association est extraordinaire : il y a un gym sur place, des cours de Zumba le midi, un vestiaire avec douches, une immense cafétéria…

Vos épisodes de discrimination vous ont-elles fait perdre confiance en vous?

Un peu, sur le coup. Je me suis posé des questions sur mes compétences, mais mes proches m’ont remis les pieds sur terre. Ils m’ont rappelé que j’avais réussi ma formation avec brio et que les premières années durant lesquelles j’ai travaillé avec les ingénieurs se sont très bien déroulées, alors si la secrétaire avec qui je travaillais me traitait avec dénigrement, c’était son problème, à elle, et non le mien.

Auriez-vous un conseil à donner aux jeunes femmes voulant entreprendre ce métier?

Si vous avez un rêve dans la tête, ne le perdez pas de vue. C’est rare qu’on tombe tout de suite sur le bon poste. Moi, je n’ai pas lâché mon rêve et j’en suis vraiment contente!



Partagez cette nouvelle!

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.

Les employeurs qui recrutent
  • Desjardins
  • Espace Physio Forme Inc
  • ZSA
  • Télé-Ressources
  • Collège Inter-Dec
  • Gowling WLG
  • Modulis
Recevez les derniers articles Carrière
et offres d'emplois directement dans votre boîte de réception!
Vous avez des questions?
Nous sommes ici pour vous aider.