J’aime ma vie !

, par Secretaire-inc.

La vie est une tarte. Et il paraît que le bonheur happe plus facilement ceux qui savent s’investir équitablement dans chacune des pointes qui la composent : famille, travail, loisirs, etc. Malgré les embûches, pour Caroline Bérubé, adjointe juridique chez Dentons Canada, le gâteau a levé.

Partie en cavale à 18 ans avec son amoureux du temps pour « faire carrière en musique dans la grande ville », au grand dam de ses parents laissés derrière, la jeune rebelle a tôt fait de remiser le copain et les aspirations de chanteuse pour aller sagement s’asseoir derrière un bureau. « J’avais un secondaire V, qu’est-ce que je pouvais faire d’autre ? » qu’elle raconte. Réducteur ? Que nenni ! Car au-delà de sa désinvolture, la jeune femme allait bientôt découvrir que se terraient en elle une intelligence rationnelle vive, un français impeccable, des talents d’organisatrice et un souci minutieux des détails… Des qualités parfaites pour devenir adjointe juridique.

De commis pour trois avocats, où elle « remplissait des espaces vierges sur des documents à la machine à écrire à longueur de journée », à adjointe, pour un seul d’entre eux lorsqu’il est parti à son compte, Caro a tout appris sur le tas, de l’anglais aux logiciels, aux termes techniques. Aujourd’hui quarantenaire et travaillant chez Dentons depuis plus de 20 ans, l’adjointe jubile de faire partie d’une équipe en or : « Nous sommes ensemble depuis des années et c’est vraiment génial. J’aime encore ce que je fais et j’entre au travail avec le sourire à chaque matin. »

Un emploi pour vous?

Et sa passion de la musique ? Et sa vie familiale ? Et ses finances ? Ses amitiés ? Adjointe juridique accomplie et appréciée, mère monoparentale amoureuse de ses deux ados, chanteuse dans un band « avec d’excellents musiciens », motocycliste en herbe s’étant dénichée « un super coach hyper patient », l’énergique rouquine est passée maître dans l’art de l’équilibre. A-t-elle des regrets ?

« Écoute, c’est sûr qu’avoir étudié plus longtemps, j’aurais pu faire plus. Devenir avocate par exemple… Avoir une plus grande maison, une plus grosse voiture, faire encore plus de voyages, tu sais, avoir plus de tout ce que j’ai déjà… Mais je gagne très bien ma vie et je suis heureuse et confortable dans mes vieilles pantoufles. Aussi, je ne vis pas pour travailler : je travaille pour vivre. Moi, mes week-ends, je les passe sur ma moto, pas au bureau. »



Partagez cette nouvelle!

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.

Les employeurs qui recrutent
  • La Presse
  • Gowling WLG
  • Espace Physio Forme Inc
  • Desjardins
  • ZSA
  • Pillière Bolduc Notaires
  • Collège Inter-Dec
Recevez les derniers articles Carrière
et offres d'emplois directement dans votre boîte de réception!
Vous avez des questions?
Nous sommes ici pour vous aider.