La beauté et le travail

, par Louise Proulx.

Généralement beauté et travail font bon ménage. Qu’on le veuille ou non, la beauté attire, inspire confiance et éveille la sympathie. De là à dire que certaines décisions se prennent au bureau sur la base de la beauté uniquement, faudrait pas exagérer. Au bureau, la raison devrait régner en maître. Et pourtant…

Sur le site Les affaires, Olivier Schmouker s’est demandé si la beauté avait une réelle influence dans le monde du travail. Ses recherches l’ont mené sur une étude révélatrice intitulée Beauty matters : Social preferences in a three-person ultimatum game.

Les deux chercheurs chinois à l’origine de cette étude ont demandé à 29 participants d’accepter ou de refuser des offres présentées par différentes personnes via Internet (c’est ce qu’on leur a fait croire). Mais chacune de leur décision impliquait toujours une femme dont il ne savait qu’une chose : l’aspect physique, qui leur était présenté en photo juste avant de recevoir l’offre en question. Chaque fois, la photo montrait un pétard ou un laideron.

Un emploi pour vous?

On leur présentait un ou l’autre de ces quatre cas de figure :

Équitable/équitable : Exemple d’offre : vous vendez des boites de chocolat, le distributeur reçoit 4 $ par boîte, le participant 4 $ et la femme 4 $. C’est donc équitable pour tout le monde :

4 $ pour le distributeur, 4 $ pour le participant et 4 $ pour la femme.

Équitable/non équitable : 7 $ pour le distributeur, 4 $ pour le participant et 1 $ pour la femme.

Non équitable/non équitable : 10 $ pour le distributeur, 1 $ pour le participant et 1 $ pour la femme.

Non équitable/équitable : 7 $ pour le distributeur, 1 $ pour le participant et 4 $ pour la femme.

Les participants ont reçu un bombardement d’offres en tous genres. Est-ce que le fait que la femme était belle ou non a eu une incidence sur leurs décisions ? Voyons voir…

Décisions altruistes : Si la femme était belle, les participants acceptaient deux fois plus facilement une offre moins bonne pour eux.

Décisions plus rapides : Si la femme était belle, les participants répondaient plus rapidement aux offres « équitable/équitable » et équitable/non équitable.

Des effets éphémères : Les décisions altruistes et plus rapides ont eu des effets de courte durée. Si on donnait au participant le temps de réfléchir à l’offre en question quelques secondes de plus, la beauté de la femme ne les influençait plus.

Ces résultats révèlent que la beauté a effectivement une influence. Spontanément, nous sommes prêts à faire preuve d’altruisme et à prendre des décisions plus rapidement devant un joli minois. Mais si nous prenons notre temps pour décider, aucun de ces effets ne se produit.

Tout compte fait, la beauté est aveuglante sur le moment, mais cet effet ne dure qu’un moment. Comme le disait le philosophe grec d’origine phénicienne Zénon de Cition : « La beauté est une courte tyrannie ».



Partagez cette nouvelle!

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.

Les employeurs qui recrutent
  • Gowling WLG
  • La Presse
  • Desjardins
  • ZSA
  • Collège Inter-Dec
  • Espace Physio Forme Inc
  • Pillière Bolduc Notaires
Recevez les derniers articles Carrière
et offres d'emplois directement dans votre boîte de réception!
Vous avez des questions?
Nous sommes ici pour vous aider.