Les références qui tuent vos chances

, par Kevyn Gagné.

C’est bien d’ajouter des références à votre proposition de candidature, mais attention de ne pas vous tirer dans le pied. Il était une fois…

Alors que vous n’aviez que 11 ans lorsque vous vous êtes lancée en affaires avec votre compagnie de raclage de feuilles, votre seule référence était évidemment votre père. Le voisin — le donneur d’ouvrage —, qui était le meilleur ami de votre père, rendait sérieux la relation de travail et l’octroi du contrat puisqu’il vous demandait des références. Pour être certaine de pouvoir vous acheter votre sac de bonbons, que dis-je, pour être certaine de vous faire payer avec un gros 2$, vous faisiez tout pour être certaine que votre père n’ait que de bons mots pour vous… comme s’il pouvait faire autrement!

Trois ans plus tard… Vous aviez 15 ans, vous étiez jeune et stupide, vous étiez surtout une sempiternelle plaie pour Maxime. Un jour, la puberté a sonné, la libido vous a envahie, vous vous êtes levée un bon matin et puis boom! Vous êtes follement amoureuse de Théo… le meilleur amie de Maxime. Disons que Théo s’intéressait à vous et qu’il avait décidé d’en parler à Maxime, croyez-vous que Maxime avait de bons mots pour vous ou votre chien était-il déjà mort?

Un emploi pour vous?

Le temps passe, les cheminements professionnels évoluent, mais la notion de référence demeure… Demeure bien inconnue pour plusieurs. Démystifions ce concept quelque peu si vous le voulez bien.

Cours de référence 101

Mettons d’abord la table avec Hollywood. Que ce soit sur les pochettes des DVD/Blue Ray ou dans les médias, les critiques de films et la palette de leurs qualificatifs dithyrambiques marquent l’imaginaire. Tellement, qu’elles deviennent une référence. Si la pochette du film n’affiche aucune critique, même pas une du genre « Two thumbs up », vous savez que c’est un film de série B. S’il n’y a qu’une seule critique, issue d’un magazine web inconnu du fin fond de l’Arkansas, vous savez que le film est mauvais. Par contre, si il y est inscrit des critiques du Rolling Stones, du Times et autres… eh bien, vous savez que c’est un bon Blockbuster. Je n’ai pas dit un bon film, mais bien un bon Blockbuster. Les critiques s’entendent au moins là-dessus. Si, en plus, le film remporte des prix, la crédibilité des références se voit augmentée…

Le merveilleux monde du travail n’échappe pas à la prise de référence. Par contre, c’est à vous que revient le loisir de choisir qui vous voulez donner en référence. Vous pouvez être sélective. En fait, vous devez être sélective afin d’éviter de fournir les renseignements d’un directeur qui pourrait vous nuire et donner une mauvaise référence. C’est normal, c’est humain.

La prise de référence, c’est sérieux, soyez donc sérieuse

Saviez-vous que, au-delà de donner deux ou trois références au recruteur ou à votre futur employeur, vous devez donner votre consentement à vos anciens employeurs qui, un jour ou l’autre, pourront être appelés à fournir de l’information à votre sujet? Le saviez-vous? Saviez-vous que votre ancien employeur devrait demander un formulaire de consentement de votre part afin de partager de l’information sur vous qui pourrait être compromettante lorsque le recruteur communiquera avec lui. Le saviez-vous?

Évidemment, l’ancien employeur a des obligations et ne peut pas dire n’importe quoi et encore moins de n’importe quelle façon. Le saviez-vous? Le savent-ils? Ne faites pas l’autruche, il existe toujours des moyens contournés pour que l’ancien employeur partage à mots voilés ce qu’il veut que le recruteur comprenne et il y aura toujours moyen de lire entre les lignes.

Habituellement, lors de la prise de référence, et en concordance avec la Charte des droits et libertés de la personne, les questions que pose le recruteur sont très élémentaires. Ça, vous devez le savoir! En le sachant vous risquez de moins stresser avec cette étape, surtout si vos références sont boiteuses.

En parlant de références boiteuses…

Selon vous, vos références sont solides, mais qu’en est-il aux yeux de la personne qui prend les références. Avez-vous déjà pris conscience que vos références pourraient vous nuire? Qu’elles pourraient être perçues comme des personnes incompétentes aux yeux de votre futur employeur?

Vous êtes-vous assurée que vos références sont encore en emploi? Connaissance organisationnelle ou bien une réelle connaissance? Je m’explique : si vous donnez en référence le nom d’une compagnie (et non d’une personne) pour laquelle vous avez travaillé temporairement il y a 8 ans et que vous ne prenez même pas la peine de les contacter, il se pourrait fort bien que la personne responsable des RH n’ait absolument aucune idée de qui vous êtes et si vous avez réellement travaillé pour cette compagnie.

Le futur employeur peut interpréter ceci de trois façons. D’abord, vous n’avez pas marqué l’imaginaire des gens qui étaient là, ce qui est peut être une bonne chose. Ensuite, que vous n’avez peut-être rien fait de pertinent entre-temps. Finalement, que toutes vos autres références sont probablement défavorables.

Il n’y a pas que vous qui devez vous préparer dans votre recherche d’emploi, vous devez aussi préparer vos références, donc vos anciens employeurs. Préparez-les à faire de vous des super stars. Ils doivent vous mettre en valeur, ils doivent contribuer à votre poursuite et non vous nuire. Si vous ne pouvez pas communiquer avec eux afin de les préparer pour faire de vous un incontournable, eh bien ne les donnez pas en référence puisqu’ils vous nuiront!



Partagez cette nouvelle!

8 réponses à “Les références qui tuent vos chances”

  1. J-Renée bédard

    Bonjour,

    M. Gagné, lorsque l’on émet des communications publiques, la première règle à suivre envers les personnes auxquelles l’on s’adresse, est le RESPECT, lequel semble absent de votre publication. Vous devez obligatoirement, utiliser des mots dépourvus de préjugés. Vous vous adresser aux secrétaires comme si elles étaient des enfants, et, idiotes de surcroît.

    Le ton de votre commentaire n’est pas adéquat et votre message risque de ne pas être lu ni prix au sérieux, car votre introduction en la matière est inutile. Vous vous adresser à des adultes, certes de personnalités différentes, mais en ce cas, vous devez vous contenter de faire part de vos connaissances et de votre expérience afin d’encourager les postulantes à la rigueur, la précision et la prudence, et à développer un sens de l’organisation exemplaire dans leur démarches de recherches d’emploi. C’est ainsi seulement, avec respect et considération, que vos conseils seront pris en compte et que vous contribuerez, si telle est votre intention, à les aider vraiment.

    • Jean-Pierre Miron

      Attention J-Renée Bédard (dont le nom de famille s’écrit bel et bien avec une lettre majuscule), le respect commence par soi-même en répondant sans faire de faute d’orthographe. Je m’explique: ”Vous vous adresser” ne prend pas un r à la fin mais un z, ”donc vous vous adressez” s’écrit ainsi!!! (vous avez fait la faute deux fois). Aussi, ”dans leur démarches” s’écrit ”dans leurs démarches” leurs avec un s. Savoir bien écrire et se relire aussi sont de grandes qualités que doivent posséder les secrétaires.

  2. Suzanne

    Bonjour,
    Pourquoi mettez-vous un trait d’union entre le verbe «devez» et le pronom «vous» dans cette partie de texte : «Il n’y a pas que vous qui devez-vous préparer».
    Merci de votre réponse,
    Suzanne

  3. Hélène GingrAS

    Je n’ai plus de références: soit décédée ou à la retraite que puis-je faire??? Au secours!!!

  4. Sylvie

    Je suis en recherche d’emploi mais la personne qui s’occupe du bureau, chez mon dernier employeur, ne m’aimait pas mais malheureusement elle est la seule personne qui peut me donner des références. Que faire ?

  5. Sylvie C.

    Avoir en main une lettre de recommandation d’un ancien employeur est sûrement un incontournable.

  6. Anne G.

    J’ai lu tous vos articles sur les références, très intéressant. Mais il y a toujours une question qui reste.

    Que faire quand on ne peut donner de référence parce que l’on a travaillé pour une compagnie qui avait pour politique d’interdire de donner des références.

    Comment expliquer cette situation à un employeur qui demande les coordonnées de mes anciens gestionnaires?

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.

Les employeurs qui recrutent
  • Pillière Bolduc Notaires
  • Gowling WLG
  • La Presse
  • Espace Physio Forme Inc
  • ZSA
  • Collège Inter-Dec
  • Desjardins
Recevez les derniers articles Carrière
et offres d'emplois directement dans votre boîte de réception!
Vous avez des questions?
Nous sommes ici pour vous aider.