Les vendredis sans faute

, par Catherine Lemire.

Entourés comme nous le sommes d’autant de millions d’anglophones, c’est tout à fait normal que la situation se répercute sur notre langage. Sans nous taper sur les doigts, c’est important de nous rappeler collectivement le bon sens des mots en français et de les utiliser correctement.

Chaque semaine, nous épluchons donc les dictionnaires et les outils de référence du gouvernement et des universités pour vous présenter quelques mots choisis qui, dans les bureaux du Québec, sont souvent employés de manière inadéquate.
Cette fois-ci, nous discuterons de « à qui de droit », « varia », « à date », « académique » et « année fiscale ».

À qui de droit*

Un emploi pour vous?

La locution « à qui de droit », en ouverture de lettre, constitue un calque de l’anglais « to whom it may concern ».

Au début d’une lettre, on emploie Madame, Monsieur ou Mesdames, Messieurs plutôt que la formule à qui de droit.

Varia*

Dans certains documents administratifs, dont l’ordre du jour ainsi que le procès-verbal, le mot « varia » est utilisé ad nauseam. Pourtant, cet usage est erroné et constitue une impropriété. En effet, « varia » signifie plutôt « un recueil d’œuvres variées » ou, dans le domaine du journalisme « un article ou un reportage se rapportant à des sujets variés ».

Au bureau, dans le sens de « questions variées de moindre importance », « varia » devrait être remplacé par « questions diverses », « affaires diverses », « sujets divers », ou encore « divers ».

À date*

« À date » est souvent utilisé comme synonyme de « jusqu’à maintenant ou jusqu’à présent », « à ce jour », « jusqu’ici ». L’expression « à date » est un calque de l’anglais « to date » ou « up to date ».

Dans le cas d’un document « à date », par exemple, il faudrait privilégier « document à jour ».

Académique**

En français, « académique » se rapporte à une académie, une société savante. Dans tous les autres cas, il constitue un anglicisme ou un calque de l’anglais.
Il est donc fautif de l’utiliser dans les sens suivants : scolaire, universitaire, théorique, de formation, d’enseignement.

Année fiscale**

En français, le mot « fiscal » se rapporte au fisc, à l’impôt. Il est donc fautif de l’utiliser dans l’expression « année fiscale ». Il faudra privilégier « année budgétaire » et « exercice financier ».

*Source : Le français en affaires
**Source : Logilangue



Partagez cette nouvelle!

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.

Les employeurs qui recrutent
  • ZSA
  • Pillière Bolduc Notaires
  • Gowling WLG
  • Collège Inter-Dec
  • Espace Physio Forme Inc
  • La Presse
  • Desjardins
Recevez les derniers articles Carrière
et offres d'emplois directement dans votre boîte de réception!
Vous avez des questions?
Nous sommes ici pour vous aider.