« Mes patrons, ce sont les enfants! »

, par Louise Proulx.

Mountaha Kharchi, 38 ans, est adjointe exécutive à la présidente et directrice générale de la fondation de l’hôpital Sainte-Justine depuis un peu plus d’un an. Elle en a fait du chemin pour arriver là où elle souhaite œuvrer pour le reste de sa carrière! Elle nous raconte son parcours à partir de son Algérie natale d’où elle est partie en 2006 pour venir s’établir au Québec avec son amoureux new-yorkais.

Pourquoi avez-vous décidé de devenir secrétaire?

J’ai fait l’équivalent d’un bacc en enseignement en Algérie. Après avoir fait des stages et un remplacement de trois mois, je me suis rendu compte que l’enseignement n’était pas pour moi. C’est alors que mon père, qui gérait une coopérative agricole, a perdu sa secrétaire. Pour le dépanner, j’ai décidé de la remplacer et j’ai vite réalisé que j’aimais ça. Je suis alors allée suivre une formation durant laquelle j’ai appris à maîtriser les logiciels importants.

Un emploi pour vous?

J’ai ensuite eu la chance de travailler pour un PDG qui avait également perdu son adjointe.

Avez-vous eu de la difficulté à trouver du travail en arrivant à Montréal?

En arrivant à Montréal, au mois de février, en plein hiver, je pensais prendre du temps pour m’adapter à ma nouvelle vie, mais j’ai vite ressenti le besoin de travailler. Je suis allée rencontrer l’association CARI St-Laurent qui vient en aide aux nouveaux arrivants. Ils m’ont aidée à faire mon CV et m’ont aiguillée sur les façons de chercher du travail. J’ai détesté mon premier travail dans un centre d’appels pour un sous-traitant de La Presse où j’étais payée au salaire minimum, mais j’y suis quand même restée 10 mois.

Comment êtes-vous devenue adjointe exécutive à la fondation Sainte-Justine?

Je suis très bonne en entrevue et je pense que c’est un peu grâce à cela que j’ai décroché tous les postes que j’ai occupés jusqu’à maintenant (adjointe aux ressources humaines dans une firme de génie civil, puis chez Renaud Bray. Ensuite, assistante administrative aux communications du CHU Sainte-Justine et, enfin, adjointe exécutive pour la fondation).

Quel est votre secret?

Je reste moi-même. Quand je suis devant les recruteurs, je n’essaie pas de jouer un rôle. Je suis une personne authentique. Je veux que les gens me voient telle que je suis. Je pense que c’est le secret parce que la personnalité est un des critères les plus importants.

Pourquoi êtes-vous heureuse de travailler pour la fondation?

Je fais, entre autres, du travail de secrétariat très régulier : gestion d’agenda, rédaction de lettres, de courriels… Mais ce que j’aime particulièrement ce sont toutes les tâches connexes. J’aime travailler pour la cause, pour les enfants malades. Par exemple, le Canadian Pacific a offert tous ses billets VIP pour toute la saison de hockey. Je m’occupe de tout organiser : communiquer avec les différents départements de l’hôpital, avec les infirmières, trouver les enfants, préparer leur sortie pour qu’elle soit la plus enivrante possible. Je fais même du bénévolat en dehors des heures de travail tellement la cause me tient à cœur. Vous savez, les enfants, ce sont eux mes véritables patrons.



Partagez cette nouvelle!

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.

Les employeurs qui recrutent
  • La Presse
  • ZSA
  • Gowling WLG
  • Espace Physio Forme Inc
  • Pillière Bolduc Notaires
  • Collège Inter-Dec
  • Desjardins
Recevez les derniers articles Carrière
et offres d'emplois directement dans votre boîte de réception!
Vous avez des questions?
Nous sommes ici pour vous aider.