Parler salaire en entrevue, misère!

, par Vanessa Gagnon.

Délicate et incontournable, la question du salaire en entrevue pose problème à de nombreux candidats. Notre recruteuse-chroniqueuse nous donne ses meilleurs conseils à ce propos.

La question salariale peut être assez délicate à première vue quand vous n’avez pas une idée claire de l’échelle salariale du poste pour lequel vous passez une entrevue. Parfois, les offres d’emploi laissent supposer qu’une négociation du salaire est possible entre le candidat et l’employeur (selon expérience) et parfois non, comme dans les milieux syndiqués. Ce que je remarque au quotidien dans mon travail, c’est que les candidates sont souvent mal préparées à ce genre de question et ne savent pas quoi répondre. Par exemple, elles gonflent parfois leur valeur en justifiant 20 ans d’expérience sur le marché du travail, quand, en fin de compte, seulement une petite partie de cette expérience est en lien avec le poste convoité.

 

Un emploi pour vous?

Faites vos recherches!

Avant l’entretien, tentez de définir approximativement une fourchette de salaire correspondante à la réalité du marché. Faites vos recherches sur internet, demandez à vos proches, demandez à des recruteurs, creusez! Cette fourchette pourra entre autres être définie en prenant en compte deux critères majeurs : les salaires actuels pour un emploi comparable et votre valeur intrinsèque (non pécuniaire), telle que vos formations et expériences.

Votre propre valeur

Après avoir déterminé la moyenne du marché, il faut estimer votre place dans cette échelle. Cela dépend bien sûr de votre expérience et si celle-ci est similaire au poste  de vos diplômes, formations et certifications (dans la mesure où ils sont pertinents dans le cas donné), de la rareté de vos compétences et, parfois, de votre rémunération antérieure. Si vous savez que tous ces points sont, dans votre cas, supérieurs à la moyenne, vous pourrez alors prétendre à une rémunération plutôt supérieure à la moyenne du secteur.

L’honnêteté est de mise

Répondre à la demande du recruteur quant à vos attentes salariales de manière honnête vous permet d’établir une relation de confiance. La stratégie qui consiste à demander plus, afin de s’assurer d’au moins obtenir ce que l’on vise réellement, est passée date. Au contraire, une candidate qui me donne un chiffre complètement irréaliste me paraît non préparée et mal renseignée sur son marché. L’inverse est aussi vrai : donner un chiffre beaucoup trop bas pour paraître flexible et ouverte pourrait être perçu comme un manque de confiance en soi, ou encore, un signe que vous êtes désespérée.

Le salaire n’est pas qu’un simple chiffre

Il faut toujours considérer d’autres éléments avant de refuser une offre en raison du salaire. Ne négligez pas les avantages sociaux, qui gonflent parfois la rémunération globale de 30 %! Prenez le temps d’en faire le calcul et de déterminer à quel point vos demandes salariales vont varier en fonction de ces avantages. Finalement, les avantages qui ne découlent pas du poste peuvent aussi apporter leur lot d’aspects positifs et même leur lot d’économies, par exemple un poste à côté de la maison versus un emploi qui vous coûtera 200 $ par mois de train-bus, etc.



Partagez cette nouvelle!

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.

Les employeurs qui recrutent
  • Espace Physio Forme Inc
  • Collège Inter-Dec
  • CHRISTIN CHEVROLET BUICK GMC
  • ZSA
  • Gowling WLG
  • Desjardins
  • Pillière Bolduc Notaires
  • La Presse
Recevez les derniers articles Carrière
et offres d'emplois directement dans votre boîte de réception!
Vous avez des questions?
Nous sommes ici pour vous aider.