Pleurs, colère et humiliation : au bureau, comment gérer ses émotions?

, par Louise Proulx.

Si vous voulez conserver votre image professionnelle, vous devez savoir contrôler vos émotions au bureau. Ce n’est pas la meilleure idée du siècle de fondre en larmes parce que le patron, fâché, vous demande « où vous avez encore caché le dossier de monsieur X ». Comment gérer peur, tristesse, joie et colère ? Sur le site aufeminin.ca, nous retrouvons les conseils du coach Patrick Merlevede. Les voici, en résumé :

Le stress

Votre patron vous demande de terminer un dossier alors que la journée est avancée. Vous devez récupérer votre fils à la garderie pour 18 heures. Vous voilà en mode panique !

Un emploi pour vous?

Prenez d’abord le temps de respirer un bon coup. Puis, évaluez la requête en vous demandant ce qui est objectivement réalisable dans le temps alloué. Voyez ensuite avec votre patron ce qui peut être fait et de quelle façon.

La tristesse

Votre patron vous convoque dans son bureau pour vous sermonner sur la façon dont vous travaillez, qu’il considère inadéquate. Vous faites pourtant toujours de votre mieux. Vous avez juste envie de pleurer.

La tristesse doit être exprimée, mais pas nécessairement par des larmes. En tout cas, pas devant votre patron ; vous auriez l’air d’une enfant. Rendez-vous à la salle de bain, pleurez un bon coup, puis reprenez vos esprits. Pour mieux comprendre la situation, demandez à votre patron ce que vous pourriez faire précisément pour améliorer la situation.

La peur

Une réunion annuelle importante aura lieu, mais elle se tiendra en anglais. Serez-vous capable d’en faire le procès verbal ? La peur vous prend…

Ne restez surtout pas concentrée sur cette peur. Voyez-en plutôt l’utilité. En effet, la peur vous prévient que ça pourrait mal se passer. Vous devez alors prévoir tout ce dont vous aurez besoin pour qu’il n’y ait pas d’embûches. Puis, visualisez-vous en pleine réunion assurant parfaitement votre rôle.

La colère

Vous avez demandé une journée de congé à votre patron pour une raison très importante à vos yeux, mais il vous la refuse. Vous voilà en furie !

Surtout, ne cédez pas à l’agressivité. Votre patron sera encore moins disposé à vous faire plaisir. Demandez-lui plutôt de vous expliquer les raisons de son refus. Faites preuve de souplesse en exprimant le pourquoi de votre déception.

La joie

Votre patron vient de vous annoncer qu’il vous accorde l’augmentation de salaire demandée deux semaines plus tôt. Vous êtes folle de joie !

Surtout restez sobre sur vos démonstrations de joie. Vous ne voudriez pas rendre vos collègues jaloux ou avoir l’air prétentieuse. Dites d’abord merci à votre supérieur et sortez dehors quelques instants pour crier votre euphorie. En rentrant, relevez-vous les manches, le boulot vous attend !

L’humiliation

Lors d’une réunion d’équipe, le patron vous réprimande devant tout le monde en disant que «franchement, vous n’avez pas été vite vite sur ce coup-là ». Vous êtes rouge d’humiliation !

Ne faites pas l’enfant : ne contre-attaquez pas et, surtout, n’essayez pas de vous justifier. Vous êtes devant les collègues, ce n’est pas le moment. Faites comme si de rien n’était. Plus tard, allez voir votre patron dans son bureau pour lui faire part de votre incompréhension. Il est important de lui rappeler que l’humiliation n’est pas bienvenue en entreprise.



Partagez cette nouvelle!

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.

Les employeurs qui recrutent
  • ZSA
  • Desjardins
  • La Presse
  • Pillière Bolduc Notaires
  • Collège Inter-Dec
  • Gowling WLG
  • Espace Physio Forme Inc
Recevez les derniers articles Carrière
et offres d'emplois directement dans votre boîte de réception!
Vous avez des questions?
Nous sommes ici pour vous aider.