Pourquoi le départ d’un collègue rend si triste

, par Louise Proulx.

L’être humain est ainsi fait : il a besoin d’un cadre pour le rassurer.

Comme l’affirme Jean-Yves Arrivé, dans un article paru sur Cadremploi, les personnes qui travaillent avec nous font partie de ce cadre. L’auteur du guide ”Savoir vivre ses émotions” indique qu’en effet nous pouvons ressentir du désarroi même quand c’est un collègue avec qui on ne s’entendait pas particulièrement bien qui ça s’en va. Ce collègue, aussi insignifiant soit-il, donne des repères à un employé.

Tenter de voir le verre à moitié plein

Une grande majorité des êtres humains est réfractaire aux changements, sources d’inquiétudes. L’émotion ressentie lors du départ d’un ou d’une collègue est donc normal et il vaut mieux l’accepter, selon monsieur Arrivé. Cette émotion se traduit souvent par un stress, une angoisse de l’inconnu : arriverons-nous à nous entendre avec celui ou celle qui remplacera le collègue démissionnaire? Il faudra faire connaissance, on s’attachera même si on sait que cette personne s’en ira aussi de notre vie un de ces jours…

Un emploi pour vous?

L’expert préconise de tenter de voir le verre à moitié plein, de positiver. Qui sait, la personne qui remplacera ce collègue tant aimé, sera peut-être quelqu’un de génial, qui fera une grande différence dans notre vie?

Et si ce collègue était un ami sincère…

Malgré toutes les réticences de certains experts en ce qui a trait à l’amitié au travail, il arrive en effet que deux collègues développent une réelle affection l’un pour l’autre. Dans ce cas, quand un des deux collègues s’en va, l’émotion ressentie s’apparente à une sorte de deuil. À ce moment-là, selon Helen Monnet, auteure du livre ”Petits exercices de lâcher-prise”, le mieux pour dédramatiser cette émotion, c’est de l’exprimer. Sans aigreur ou dénigrement. Simplement dire que l’on ressent un peu de peine de le voir partir, que l’on a bien travaillé ensemble et que ce ne sera plus comme avant sans lui ou elle. S’il est trop difficile de le faire de vive voix, on peut aussi écrire une petite carte qui dira sensiblement la même chose.

Et si ce collègue était une personne plutôt détestable…

Ce collègue, qui met les nerfs à vif tellement on a pas d’atomes crochus avec lui, s’en va et nous voilà toute maussade à l’annonce de son départ. Comment cela se fait-il? Selon Catherine Oberlé, coach en développement personnel, il faut accepter notre ressenti et voir ensuite ce qui se cache derrière, c’est à dire tenter de savoir pourquoi cette nouvelle qui devrait nous rendre indifférente nous touche tant que ça?

Parfois, il peut s’agir d’une forme de jalousie. Peut-être a-t-on aussi envie d’aller voir ailleurs, de bouger. Et si ce départ était le signal d’alarme dont nous avions besoin pour remettre en question notre vie professionnelle? Tout cela n’a rien de banal…



Partagez cette nouvelle!

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.

Les employeurs qui recrutent
  • Gowling WLG
  • Pillière Bolduc Notaires
  • CHRISTIN CHEVROLET BUICK GMC
  • ZSA
  • Collège Inter-Dec
  • Desjardins
  • Espace Physio Forme Inc
  • La Presse
Recevez les derniers articles Carrière
et offres d'emplois directement dans votre boîte de réception!
Vous avez des questions?
Nous sommes ici pour vous aider.