Pourquoi mentez-vous au travail?

, par Kevyn Gagné.

Menteuse, manipulatrice, profiteuse, arnaqueuse, embellisseuse de mauvaises nouvelles… Choisissez, le menu est bien garni!

Vous a-t-on déjà identifiée comme la Pinocchio de votre département ou bien, vous êtes-vous peinturée dans le coin du mur toute seule comme une grande? Comme une grande menteuse… ou bien êtes-vous la mythomane de votre équipe que personne n’a encore débusquée?

Je sais, je sais, vous n’allez quand même pas me l’avouer! Pousse, mais pousse égal mon brave Kévyn!

Un emploi pour vous?

Vous arrive-t-il de grossir la réalité? De déformer quelque peu et à votre avantage la vérité? De recadrer la photo pour soustraire les défauts? Votre couche de maquillage ou votre excès de déo de ce matin ne cacheraient-ils pas un petit quelque chose?

Après l’écoute et la communication sélectives, la vérité sélective? Dire seulement ce que l’on veut entendre, dites je le jure! Ou bien contrôler le message pour influencer la rétention sélective, je le jure! Vous connaissez les adages « moins on en sait, mieux c’est » et « ce qu’on ne sait pas, ne fait pas mal ». C’est vrai, jusqu’au jour où on découvre le pot-aux-roses! Caché, mais mal enfoui. Aviez-vous mesuré les conséquences?

Embellir la situation

Le verbe mentir fait peur et chatouille désagréablement notre oreille, donc utilisons plutôt l’expression « embellir la situation » pour la suite de ce texte si vous le voulez bien.

Ainsi, pas vous, mais j’imagine que vous connaissez quelqu’un qui a déjà embelli sa candidature pour décrocher une entrevue. Vous connaissez probablement aussi quelqu’un qui a embelli ses responsabilités et ses réalisations afin d’impressionner le recruteur.

J’imagine aussi que vous connaissez quelqu’un qui a embelli son implication dans le projet que vous venez de remettre à votre directeur. Comme gestionnaire, j’imagine que vous avez également rencontré un employé qui s’est efforcé d’embellir son implication dans l’événement fâcheux qui vient de se produire afin de ne pas perdre son emploi. Finalement, j’imagine que vous connaissez probablement un collègue de travail reconnu comme artisan professionnel de l’embellissement qui s’est vu décerner une promotion dernièrement.

Dans le merveilleux monde du travail, nous sommes entourés d’embellisseurs chevronnés, ça, il faut le reconnaître. En plus, ils y mettent beaucoup d’effort non-rémunéré.

Sommes-nous tous parfaits? Non.

Ne sommes-nous pas tous un peu crosseur à nos heures quand une situation mineure, sans gravité et qui nous arrange un peu s’offre à nous? Jamais? Quelle histoire saugrenue de Bonhomme 7 heures avez-vous racontée à vos enfants hier soir afin qu’ils aillent se coucher pour vous donner un gros 18 minutes de répit?

Toutefois, les conséquences d’un embellissement, aussi mineur soit-elles, peuvent parfois engendrer un résultat catastrophique. Pourtant, on ne voulait pas causer de tort ou faire de mal.

Le cas Sarah

C’est malheureusement ce qu’a appris à la dure Sarah ce matin lorsque son superviseur sans le savoir et sans même chercher à générer l’action lui a posé une simple question relative à son dossier d’employée.

En effet, en fonction depuis seulement deux jours, le superviseur de Sarah la presse de compléter certains formulaires d’embauche afin qu’elle puisse être rapidement enregistrée dans le système de paie. À ce moment, inopinément, un doute étrange effleure l’esprit du superviseur. Vif d’esprit, ce superviseur tend la puce à l’oreille au professionnel RH, qui en deux-temps trois mouvements, s’occupe du dossier.

Ayant déjà vu neiger, le professionnel RH demande au superviseur de valider, quoi que secondaire dans les prérequis d’embauche, une information manquante au dossier de Sarah. La mission du superviseur est simple, demander une photocopie du diplôme d’études secondaires à sa nouvelle employée. En effet, quoique non exigé pour l’emploi, Sarah a inscrit sur son formulaire d’embauche qu’elle avait obtenu son diplôme de secondaire 5, mais ne l’a toutefois jamais amené.

Ayant déjà vu de la neige fondre, c’est sans surprise que le professionnel RH s’est vu remettre une copie de la lettre de démission de Sarah et non une copie dudit diplôme à peine 30 minutes plus tard.

Quoique mineur et ayant presque passé inaperçu, cet embellissement inutile d’une réalité qui n’exigeait aucun embellissement a coûté cher à la pauvre Sarah!

Soyez averties!

 



Partagez cette nouvelle!

2 réponses à “Pourquoi mentez-vous au travail?”

  1. Denis Beaudoin

    est-ce que l’emploi de mot “crosseur” était nécessaire dans cette chronique?

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.

Les employeurs qui recrutent
  • Gowling WLG
  • Collège Inter-Dec
  • ZSA
  • La Presse
  • Espace Physio Forme Inc
  • Desjardins
  • Pillière Bolduc Notaires
Recevez les derniers articles Carrière
et offres d'emplois directement dans votre boîte de réception!
Vous avez des questions?
Nous sommes ici pour vous aider.