Références professionnelles : Ayez du pif!

, par Therese Garceau.

Tout aussi décisive que l’entrevue puisse être, le dossier de références d’emploi est une étape trop souvent escamotée ou négligée par certains candidats. Le recruteur souhaite ainsi confirmer son choix, valider votre expertise, vos compétences, et il ne laissera rien au hasard.

Vous avez donc tout avantage à prendre cette ultime démarche au sérieux. Souvenez-vous qu’à compétences égales, la balance penchera toujours en faveur de la candidate qui a les meilleures références professionnelles. Voici de précieux conseils glanés sur oeildurecruteur.ca pour éviter les pièges et mettre toutes les chances de votre côté :

1. Avisez vos contacts. Il est essentiel que vous preniez contact avec vos références. D’abord pour vous assurer qu’ils acceptent de vous recommander, mais également pour les mettre au parfum, les informer de votre démarche. S’ils se montrent ouverts et disposés, donnez-leur des précisions sur le poste que vous convoitez, la nature de la fonction, votre mandat, vos responsabilités et sur les principales qualités recherchées par le futur employeur. Faites valoir vos acquis et les bons coups que vous avez accomplis alors que vous travailliez ensemble. Cela leur donnera une bonne idée de la direction qu’ils devront prendre avec le recruteur.

Un emploi pour vous?

2. Un ex-patron d’abord. Votre futur employeur souhaite pouvoir évaluer votre rendement, votre réputation comme employée et votre rapport à l’autorité, et, de cela, seul un patron peut en témoigner. Ce n’est pas parce que le recruteur ne vous le demande pas explicitement que vous ne devez pas en tenir compte. Évitez de ne nommer que des amis ou d’ex-collègues. Assurez-vous toujours que le premier de vos recommandataires soit un ex-patron ou superviseur direct. Autrement, le recruteur pourrait croire que vous avez quelques squelettes dans le placard.

3. Soyez stratégique. Vous étiez en mauvais termes avec votre ex-patron et avez été congédiée? Éliminez de facto cette référence de votre liste. En général, il est recommandé de donner les coordonnées de deux ou trois personnes en privilégiant vos supérieurs et collègues immédiats. Concentrez-vous sur les personnes avec qui vous avez entretenu une belle relation de travail ; elles sont les plus susceptibles de parler en bien de vous.

4. Ne tenez rien pour acquis. Le pire piège dans lequel vous pourriez tomber est de présumer que votre référant sera à 100 % derrière vous et qu’il n’aura que des éloges à votre égard, surtout s’il s’agit d’un ancien patron. N’oubliez pas que tous vos superviseurs ont eu la chance de vous évaluer un jour ou l’autre et que s’ils connaissent vos forces, ils se rappellent aussi très bien de vos faiblesses. Un recruteur plus curieux n’hésitera pas à aborder la question avec lui et sa réponse pourrait ne pas être celle que vous auriez souhaitée.



Partagez cette nouvelle!

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.

Les employeurs qui recrutent
  • Espace Physio Forme Inc
  • La Presse
  • Collège Inter-Dec
  • ZSA
  • Desjardins
  • Gowling WLG
  • Pillière Bolduc Notaires
Recevez les derniers articles Carrière
et offres d'emplois directement dans votre boîte de réception!
Vous avez des questions?
Nous sommes ici pour vous aider.