Repartir à zéro

, par Florence Tison.

Notre secrétaire de la semaine a dû changer de pays, de profession et de langue de travail… et tout ça en seulement huit ans!

Valentina Braguta a 36 ans, deux jeunes enfants et un poste d’adjointe administrative dans le milieu de la santé.

Comment êtes-vous devenue secrétaire?

J’ai commencé en 2015 comme agente administrative dans le volet administration, après avoir obtenu le DEP.

Un emploi pour vous?

Où travaillez-vous en ce moment?

Ça ne fait pas longtemps, février cette année! C’est un remplacement de congé de maternité au CIUSSS de l’Est de l’Île de Montréal, comme agente administrative classe I au volet secrétariat.

À quoi ressemblent vos tâches?

Je fais la gestion de l’agenda de la coordonnatrice, j’organise des rencontres, et je fais des formulaires parce que le département est assez grand et toujours en cours de transformation.

Je m’occupe aussi de la diffusion des documents à nos employés du département, de l’achat de fournitures de bureau et de toutes autres demandes d’aménagement du bureau.

Qu’est-ce que vous préférez dans votre emploi?

La diversité des tâches! Ce n’est jamais pareil, on ne sait jamais ce qu’il peut arriver dans une journée.

Après le remplacement de congé de maternité, qu’est-ce qui va se passer?

Pour l’instant, c’est un remplacement. Mais quand on est embauché en santé, ce n’est jamais temporaire parce qu’il y a toujours des besoins. Ça arrive d’avoir quelques jours sans travail, mais en fait on en a toujours. Moi ça m’est jamais arrivé, j’ai toujours travaillé à temps plein depuis que j’ai été embauchée.

Votre accent vient de où?

Je viens de la Moldavie, en Europe de l’Est. Je suis au Québec depuis 2010.

Pourquoi vous êtes partie de la Moldavie?

J’ai émigré pour avoir une meilleure vie, pour les possibilités et pour la sécurité. Je ne voulais pas avoir d’enfants là-bas. Je fais plus confiance aux médecins d’ici que dans mon pays.

C’est un petit pays avec beaucoup de problèmes de corruption. Pour avoir de bons services, il faut payer, et même en santé.

Qu’est-ce que vous avez fait en arrivant au Québec?

J’ai travaillé dans un hôtel pendant trois mois comme femme de chambre, en même temps que je faisais la francisation. Après ça, j’étais très fatiguée!

Parliez-vous français avant d’arriver?

Vraiment la base! Quand j’ai passé le test pour la francisation, j’ai obtenu un résultat de niveau intermédiaire. Je n’étais pas sûre que j’avais le niveau intermédiaire, selon moi c’était vraiment plus bas!

J’ai émigré avec mon mari, qui est commis comptable. Il travaille dans un bureau privé où il n’y a pas beaucoup de français, plus des chiffres.

Alors, votre plus grand défi au travail, c’est la langue?

Ce n’est pas le français, non, même si ce n’est pas ma langue maternelle. C’est vrai que la prononciation des mots en français, quand je veux dire quelque chose rapidement, c’est compliqué pour moi. Je dois prendre le temps de prononcer lentement.

Mais ma langue maternelle, le roumain, c’est une langue latine. Le français, l’italien, l’espagnol, le portugais, ça y ressemble beaucoup. Si on connaît bien notre langue et sa grammaire, ça va bien : les classes de mots sont pareilles, les mots s’accordent aussi avec les adjectifs. Pour l’orthographe, je me réfère toujours au dictionnaire.

Vous avez étudié ici ou en Moldavie?

Au Québec, tu ne peux pas travailler dans un bureau si tu n’as pas fait des études ici. Quand je suis arrivée au Canada, j’ai fait des recherches sur le marché du travail durant un an.

Dans mon pays, j’ai travaillé huit ans dans les chemins de fer. Même si je voulais travaillais en transport ici, on demandait des connaissance en Word, Excel et bases de données. Je ne maîtrisais pas assez ça. Le DEP en secrétariat m’a permis d’apprendre les logiciels qu’on touche dans n’importe quelle entreprise.

Et maintenant, quel est votre plan de match?

Pour l’instant, je fais des reconnaissances d’acquis pour obtenir un DEC bureautique. Il y a moins de monde qui l’ont, le DEC. Quand on postule à un poste, on est plus haut même si on n’a pas d’ancienneté.

Pour le moment, chaque fois que je postule, on n’arrive pas à mon nom sur la liste. Avec le remplacement de congé maternité d’un an, je pense que je vais avoir plus de possibilités parce que j’ai l’expérience.

 



Partagez cette nouvelle!

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.

Les employeurs qui recrutent
  • La Presse
  • Gowling WLG
  • Collège Inter-Dec
  • ZSA
  • Desjardins
  • Espace Physio Forme Inc
  • Pillière Bolduc Notaires
Recevez les derniers articles Carrière
et offres d'emplois directement dans votre boîte de réception!
Vous avez des questions?
Nous sommes ici pour vous aider.