Secrétaire : doit-on forcément être bilingue ?

, par Theodora Navarro.

Doit-on forcément être bilingue pour décrocher un poste d’adjointe ? De prime abord, Véronique aurait tendance à dire non. La preuve : elle est bilingue et ne s’en sert absolument pas dans le poste qu’elle occupe présentement car le milieu est exclusivement francophone!

Mais celles qui sont en recherche d’emploi ressentent fortement cette demande des recruteurs que l’adjointe possède un anglais parfaitement maîtrisé, voire qu’elle soit bilingue. Julianne, qui se cherche actuellement un emploi, confirme qu’on lui demande fréquemment si elle est bilingue. Sa réponse négative fait qu’on ne peut alors lui confier des postes pour lesquels, outre la maîtrise de l’anglais, elle serait pourtant parfaitement compétente.

Pour Laurence, il s’agit avant tout d’une question de secteur géographique. Lorsqu’on habite dans une grande ville comme Montréal ou dans une région frontalière d’une région anglophone, on est plus susceptible d’avoir à maîtriser l’anglais. « Environ 98% des offres que je vois sur Montréal demandent au moins un anglais fonctionnel! », estime-t-elle.

Un emploi pour vous?

Un avis tempéré par l’expérience de Geneviève, pour qui on a exigé le bilinguisme bien qu’elle vive en région. « Je travaille en région dans une entreprise qui exporte de la viande aux quatre coins de la planète. Je dirais que 90% de mes appels reçus à chaque jour sont en anglais. Évidemment quand j’ai postulé, on exigeait le bilinguisme, et je comprends parfaitement pourquoi. Alors voici la preuve que même en région, être bilingue est un gros plus sur notre CV de secrétaire… »

Peut-on faire sans ? Certainement. Certains postes n’exigent pas du tout d’anglais, parce que la clientèle servie y est exclusivement francophone par exemple ou parce qu’il n’y a pas ou peu de contacts avec le public.

Ainsi, Stéphanie ne se dit pas du tout bilingue. Elle travaille pourtant dans un milieu où de nombreuses sollicitations sont en anglais. « Et je me débrouille ! », assure-t-elle. Sa confiance et ses compétences ont su convaincre son employeur.

Reste que l’anglais est bien souvent un critère de sélection au moment de l’embauche. Une remise à niveau pourra donc être la bienvenue au moment de votre recherche d’emploi. Quitte, par la suite, à n’en avoir qu’une utilisation limitée. Ainsi que le résume Ann : « Finalement il me sert beaucoup dans mon quotidien… mais pas au travail! »



Partagez cette nouvelle!

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.

Les employeurs qui recrutent
  • Gowling WLG
  • Pillière Bolduc Notaires
  • Desjardins
  • ZSA
  • Espace Physio Forme Inc
  • Collège Inter-Dec
  • La Presse
Recevez les derniers articles Carrière
et offres d'emplois directement dans votre boîte de réception!
Vous avez des questions?
Nous sommes ici pour vous aider.