Secrétaire, j’ai des troubles de la personnalité

, par Secretaire-inc.

Annie Brière a 35 ans. Elle est secrétaire dans un cabinet d’avocats en immigration à Montréal. En 2011, elle a été diagnostiquée comme ayant des troubles de la personnalité limite.

Elle nous a contacté, de sa propre initiative, pour parler de cette maladie qui l’affecte et qui n’est pas assez mise en avant.

«Tout cela est très angoissant pour moi. Mes émotions sont exagérées par rapport à la normale. Je suis très vite touchée et je ne sais pas toujours bien réagir», explique-t-elle, fragile, au téléphone.

Un emploi pour vous?

Au travail, ses collègues ne comprennent pas toujours. Annie Brière dénonce cette incompréhension de la société face aux troubles de la personnalité.

Il faut dire que cette maladie lui cause des problèmes au travail, notamment avec ses collègues, et principalement dans des situations tout à fait anodines. Par exemple, il y a quelques mois, lorsque sa collègue lui a demandé gentiment de faire la copie d’un document, Annie a complètement paniqué.

«Je ne m’entends pas bien avec ma collègue, je ne suis pas proche d’elle. Nous avons une perception différente du travail elle et moi ce qui fait que je peux me mettre à pleurer, sans raisons, parce qu’elle me fait un reproche», explique-t-elle.

Un autre exemple : à cause de ses émotions trop fortes, elle ne sait pas séparer sa vie privée et sa vie professionnelle. Lorsqu’elle se sent triste ou en colère, il lui est même difficile d’accomplir ses tâches.

«Beaucoup plus de gens qu’on ne le pense sont touchés par cette maladie et perdent leur emploi. Il faudrait faciliter l’accès au travail aux personnes malades, comme par exemple organiser les horaires différemment.»

^Le Dr Sébastien Bouchard est psychologue à la clinique des troubles relationnels du Québec. Il dispose d’une expérience significative dans le domaine de l’intervention auprès des patients présentant un trouble sévère de la personnalité.

Le trouble de la personnalité est-il un frein au travail?

Je pense qu’il est possible de travailler même si on est malade mais qu’il y a énormément d’obstacles. Le monde du travail a des restrictions et ne tolère pas les différences.

Un employeur attend en général de sa secrétaire qu’elle soit stable, autonome, capable de prendre des décisions, de travailler vite, de gérer des situations de crises… La ponctualité est aussi un élément clé du secrétariat. La personne victime de TPL peut travailler mais va sans doute avoir des difficultés à gérer toutes les pressions autour d’elle.

Par contre, il existe un cas extrême à la maladie. Quelqu’un de narcissique va être hyper ambitieux, va excessivement réussir au travail et se donner à fond. Par contre, sa vie personnelle ne sera pas bonne, il n’aura pas de contact avec les gens car tout ce qui compte est l’exploitation de l’autre.^



Partagez cette nouvelle!

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.

Les employeurs qui recrutent
  • Desjardins
  • Espace Physio Forme Inc
  • Gowling WLG
  • La Presse
  • ZSA
  • Collège Inter-Dec
  • Pillière Bolduc Notaires
Recevez les derniers articles Carrière
et offres d'emplois directement dans votre boîte de réception!
Vous avez des questions?
Nous sommes ici pour vous aider.