Secrétaires célibataires : les phrases interdites!

, par Theodora Navarro.

Quand on est en couple, les collègues sont distantes, respectueuses, au pire insistent-elles une ou deux fois par jour pour savoir quand vous allez enfin vous décider à «pondre». Mais à peine vous revoilà célibataire qu’elles s’emparent de votre vie comme des rapaces affamés fondraient sur un mulot famélique. Elles vous abreuvent alors de bons conseils pour trouver l’Amour, avec un grand A (ou un petit a, juste pour sortir le vendredi soir).

– «Ne regarde pas dans sa direction mais il y a Philippe, de la compta, qui n’a d’yeux que pour toi!» Malgré vous, vous vous tournez, pour vous retrouver nez à nez avec une paire de hublots énormes et une cravate avec des Snoopy excités. Maintenant, il croit que c’est vous qui le regardez, il s’avance vers vous, et il est trop tard pour fuir.

– «Tu es trop difficile!» Parce que vous ne voulez pas une date avec n’importe quel homme croisé dans la rue, vos collègues jurent que vous êtes trop difficile. Vous, vous voudriez juste un gars normal, qui sait écrire correctement deux mots de français et qui ne vous appelle pas 15 fois par jour sur le standard téléphonique simplement pour vérifier que vous êtes bien à votre poste. Oui, le patron est un homme. Non, quand il a dit «réunion à 10 heures Martine» ce n’était pas une manière détournée de parler d’un hôtel. On se rappelle plus tard chéri, là le standard est en train d’exploser.

Un emploi pour vous?

– «Bonjour, voici ma collègue Virginie, célibataire endurcie!» Chaque nouveau client est un chum potentiel. Vos collègues font des paris, tiennent des tableaux Excel et analysent le moindre de vos mouvements. Vous êtes le personnage de fiction sur lequel elles déversent toutes leurs envies romantiques. Et peu importe que vous aimiez les grands blonds, elles vous collent dans les pattes tous les sosies d’Orlando Bloom, leur acteur préféré.

– «Faut pas s’arrêter au physique!» Ados prépubères avec éruption d’acné, monsieurs d’un certain âge (ou plutôt d’un âge certain), vous croulez tel un pommier en septembre sous les propositions plus ou moins concupiscentes des patients de votre cabinet médical. Au dixième refus, vos collègues disent de vous que vous êtes superficielle, que vous faites la fine bouche. Même s’il avait 6 ans. Et la varicelle.

– «Faut pas que tu attendes trop quand même!» Autour de vous, c’est le bal des grossesses, des mariages, des premières dates. A chaque nouveau couple qui se forme, vous vous faites violence pour garder le sourire. Mais c’était sans compter la perfidie de cette collègue du second qui vous rappelle sans cesse que «vous n’avez plus 20 ans» et que «l’horloge biologique tourne». Lorsqu’elle s’est fait plaquer, vous lui avez alors tapoté le dos en la rassurant: «L’amour, l’amour, anyway… on mourra tous seul!»



Partagez cette nouvelle!

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.

Les employeurs qui recrutent
  • La Presse
  • Pillière Bolduc Notaires
  • Desjardins
  • Collège Inter-Dec
  • Espace Physio Forme Inc
  • Gowling WLG
  • ZSA
Recevez les derniers articles Carrière
et offres d'emplois directement dans votre boîte de réception!
Vous avez des questions?
Nous sommes ici pour vous aider.