Souriez, le bonheur est au boulot!

, par Therese Garceau.

Lunch entre collègues dans un salon VIP, session de remue-méninges à une table de babyfoot ou gym ultra équipé pour les pauses… Le bonheur est décidément « dans le bureau » et les entreprises jubilent.

Tous les dirigeants d’entreprises vous le diront. Un employé heureux est un employé productif, mais aussi — et surtout — rentable.

Et, ces dernières années, l’arrivée massive des digital native sur le marché du travail a forcé les employeurs à mettre sur pied de nouveaux incitatifs pour mobiliser — non pas exclusivement, mais surtout — ces millénium qui, de toute évidence en attendent bien davantage des entreprises que leurs aînés.

Un emploi pour vous?

Le bien-être au travail est devenu un credo pour bon nombre d’entreprises qui désormais comptent sur leur Chief Happiness Officer (CHO) pour stimuler l’engagement des employés et maximiser leurs résultats. Mais comme le rappellent Christine Halary et Manuel Bota dans un texte publié sur lentreprise.lexpress.fr, d’abord créée par les entreprises technologiques de la Silicone Valley, cette nouvelle fonction à la mode a depuis un moment traversé l’Atlantique.

Ainsi, en France comme ailleurs dans le monde, des entreprises comme Danone et l’Oréal (aussi présentes chez nous) se sont dotées de directeurs du bonheur pour répondre aux nouveaux impératifs. Mais la mouvance du feel good job, ne s’arrête pas là. Elle passe aussi par le réaménagement et l’optimisation des espaces de travail, des décors réinventés, plus accueillants.  Avec la montée du travail à distance, les entreprises adoptent aussi, de plus en plus, le modèle du flex desk (bureaux non attribués) ainsi que des espaces collaboratifs mis à la disposition de tous.

Succès ou poudre aux yeux?

Répondant aux questions de l’Express, Laurence Vanhée, fondatrice du cabinet Happy-formance souligne que les entreprises ont en fait tout à gagner dans cette nouvelle culture du bonheur, car si l’absentéisme coûte cher aux organisations, le bonheur au travail s’avère, d’autre part, très payant. Citant une étude américaine, la spécialiste en ressources humaines indique qu’un employé heureux est :

  • 2 fois moins absent
  • 6 fois moins malade
  • 9 fois plus loyal
  • 30 % plus productif
  • 2 fois plus créatif

Autre constat, les 18 – 35 ans accordent davantage d’importance aux aspects matériels du travail comme le lieu, les horaires et les commodités.  Gagnant de plus en plus d’entreprises, la nouvelle culture du Bien-être doit cependant être accompagnée d’une volonté réelle de changer les choses. Les feel good managers doivent pouvoir exercer une influence dans les organisations et ne pas se contenter de jouer les clowns de service!

 

 



Partagez cette nouvelle!

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.

Les employeurs qui recrutent
  • Pillière Bolduc Notaires
  • Collège Inter-Dec
  • La Presse
  • Gowling WLG
  • Espace Physio Forme Inc
  • ZSA
  • Desjardins
Recevez les derniers articles Carrière
et offres d'emplois directement dans votre boîte de réception!
Vous avez des questions?
Nous sommes ici pour vous aider.