Stagiaires: non, vous n’êtes pas des bénévoles!

, par Secretaire-inc.

Trop c’est trop, c’est sans doute la conclusion que tirent bien des gens. Fatigués de voir ces abus se perpétuer, les stagiaires sont de plus en plus à vouloir réagir!

Un chiffre pour vous donner l’heure juste, certaines organisations estiment jusqu’à 300 000 personnes qui travaillent gratuitement pour de grandes et prospères entreprises canadiennes.

Ainsi donc, les stages bénévoles se multiplient au pays et le nombre de ces stagiaires a connu un bond considérable dans la foulée de la crise économique de 2008.

Un emploi pour vous?

Par le passé, des secrétaires nous avaient aussi révélées qu’elles étaient tellement tentées d’acquérir de l’expérience qu’elles n’hésitaient pas à offrir bénévolement leurs services ou à accepter des stages non rémunérés.

Débarrasser des tables gratuitement

Mais les choses commencent à bouger et les employeurs sentent de plus en plus qu’il leur sera désormais difficile de continuer à utiliser de tels stratagèmes.

C’est aussi ce que confirme Sean Geobey, un chercheur au centre canadien de politiques alternatives, qui est aussi l’auteur d’un rapport intitulé «The Young and the Jobless» . Pour lui, les Canadiens commencent à réagir face à cette pratique que certains utilisent d’une façon malhonnête.

Certains Canadiens ont été abasourdis d’apprendre que l’an dernier qu’un hôtel de Vancouver proposait d’engager des bénévoles qui seraient prêts à débarrasser gratuitement des tables dans son établissement. Beaucoup ont vu, en cette annonce, un abus délibéré, qui n’est pas loin de pratiques moyenâgeuses comme l’esclavagisme.

À peine, les médias sociaux se sont emparés de l’information que l’annonce avait subitement été retirée. La prise de conscience est telle qu’une manifestation s’est tenue la semaine dernière à Toronto, demandant au gouvernement provincial d’agir rapidement pour contrer ces arnaques des stages bloqués.

Ce que dit la loi

Questionné sur le sujet, un responsable fédéral au ministère du Travail affirme qu’il y a des lois qui protègent les salariés, car tout travail mérite une juste rémunération. Mais il invite aussi les personnes qui en ont fait les frais à dénoncer les employeurs qui recourent à ce genre de procédés.

Une question demeure: est ce que les lois sont suffisantes pour lutter contre ce genre de fraude? «Non», répond deux chercheurs qui travaillent justement sur une étude concernant ces stages. Pour eux, les lois actuelles sont inefficaces, particulièrement en raison du fait qu’un jeune employé qui veut débuter sa carrière professionnelle serait tenté de prendre n’importe quelle opportunité.

Pour Isabelle Couture, une étudiante aux cycles supérieurs qui mène un sondage sur les stages bénévoles, il n’y a pas assez de gens qui se manifestent, puisqu’il n’y a pas d’incitatifs pour ce faire. De plus, ajoute Isabelle, «en dénonçant son patron, l’employeur risque d’être placé sur une liste noire, donc la plupart du temps, il préfère ne rien dire du tout.»

Et vous, que diriez-vous si votre patron vous demandait de travailler gratuitement, un travail qui serait déguisé sous forme de stage ou d’action bénévole?



Partagez cette nouvelle!

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.

Les employeurs qui recrutent
  • Desjardins
  • Pillière Bolduc Notaires
  • Espace Physio Forme Inc
  • Collège Inter-Dec
  • La Presse
  • ZSA
  • Gowling WLG
Recevez les derniers articles Carrière
et offres d'emplois directement dans votre boîte de réception!
Vous avez des questions?
Nous sommes ici pour vous aider.