Survivre contre le sexisme au travail : mode d’emploi

, par Louise Proulx.

Êtes-vous confrontée au sexisme ordinaire sur votre lieu de travail : remarques clairement venimeuses ou celles qui se veulent bienveillantes? Palmarès de petites phrases sexistes trop souvent banalisées.

On ne parle pas ici des grands dossiers traités habituellement : inégalités salariales, plafond de verre, etc., mais bien du sexisme ordinaire qui s’immisce au détour d’un commentaire, d’une question, d’une rigolade, et qu’on banalise beaucoup trop souvent.

La définition du sexisme

Un emploi pour vous?

« Le sexisme ordinaire se définit comme l’ensemble des attitudes, propos et comportements fondés sur des stéréotypes de sexe, et qui, bien qu’en apparence anodins, ont pour objet ou pour effet, de façon consciente ou inconsciente, de délégitimer et d’inférioriser les femmes, de façon insidieuse, voire bienveillante. »*

Welcome to the Jungle a répertorié un florilège de petites réflexions sexistes — dont les hommes peuvent aussi être victimes soit dit en passant — entendues ça et là encore beaucoup trop souvent parce qu’intégrées depuis tellement longtemps dans la culture de certaines entreprises.

Si vous ne savez pas reconnaître les remarques sexistes, ce palmarès vous aidera à ne plus être leurrée.

1. « Comment vas-tu ma petite/ma belle/ma jolie ? »

Avez-vous remarqué que l’on adopte rarement ce genre de vocabulaire lorsque l’on s’adresse aux hommes? Des mots qui semblent pourtant bienveillants, voire insignifiants, mais qui contribuent à l’infantilisation et à la dévalorisation des femmes au sein de l’entreprise. De ce fait, même si ce genre de sexisme se fait de façon inconsciente, il cantonne les femmes dans des relations de travail inégales.

2. « R’viens-ennnnnn, c’est juste une blaaaaague »

Voilà ce que réplique le gars macho qui se rend compte que la niaiserie qu’il vient de dire rend les gens mal à l’aise ou carrément indignés. L’humour est un véhicule qui conduit très souvent à la contagion des stéréotypes sexistes, voire à banalisation de la misogynie.

3. « Il est 17 h, elle doit déjà être partie chercher ses enfants. »

Réflexion qui, aux premiers abords, semble on ne peut plus anodine. Pourtant, elle est liée à la charge familiale. Dans les faits, les femmes sont davantage amenées à choisir des postes qui leur permettront de gérer les contraintes liées à la famille plutôt qu’un emploi qui feraient évoluer leur carrière.  

4. « Ce gars-là, c’est une vraie femmelette! »

Voilà une réplique qui insulte autant les hommes que les femmes qui pensent ensuite devoir se conformer aux stéréotypes de leur sexe : grosse voiture dans le stationnement pour l’homme et tout faire pour se faire aimer pour la femme.

5. « C’est quoi le problème, t’es pré-menstruée ? »

Ce genre de remarques touche la femme dans ce qu’elle a de plus intime. Non seulement ces remarques réduisent ses réactions à de simples conditions hormonales, mais elles contribuent également à miner sa confiance en soi.

Comment réagir face aux propos sexistes

Parce qu’elles sont prises au dépourvue ou parce qu’elles sont tout simplement trop tannées d’entendre les remarques désobligeantes, les femmes prennent souvent le parti de se taire. Mais il a des façons de répondre au sexisme ordinaire.

En parler à votre employeur

L’employeur doit protéger ses employés en mettant en place une politique qui aura pour objet de lutter contre ce genre de comportement. Les délégués syndicaux ou les conseillers en ressources humaines peuvent aussi être des gens envers qui vous tourner pour discuter d’une situation récurrente.

Ce que vous pouvez aussi répliquer

« Je n’ai pas compris ta blague, tu peux m’expliquer ? » Cette réplique donnée sans agressivité, peut à elle seule désamorcer l’humour inopportun de votre interlocuteur qui risque fort de s’empêtrer en essayant d’expliquer sa blague.

« Je suis surprise par ta remarque. Est-ce que tu veux dire que – parce que je suis un une femme – je devrais…? » Avec cette question, votre interlocuteur réalisera sans doute à quel point sa remarque était maladroite ou carrément stupide.

Rendez-lui la pareille si votre position hiérarchique vous le permet. Au collègue qui vous demande « Comment ça va cocotte? » répondez « Très bien, et toi mon beau poulet ? ». Cela risque fort de le faire réfléchir sur sa façon de vous affubler de sobriquets réducteurs.

Enfin, si vous avez un collègue qui vous tape particulièrement sur les nerfs avec ses propos sexistes, aller visiter le site 365Raiponce qui vous donnera de bonnes idées de répliques à lui servir. Il s’agit d’un site français, mais vous pouvez toujours adapter au québécois les idées de réponses qui vous plairont.

* Agir contre le sexisme au travail, par le ministère du Travail, de l’Emploi, de la Formation professionnelle et du Dialogue social & le ministère des Familles, de l’Enfance et des Droits des Femmes en France publié le 24 novembre 2016.



Partagez cette nouvelle!

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.

Les employeurs qui recrutent
  • La Presse
  • Pillière Bolduc Notaires
  • Desjardins
  • ZSA
  • Espace Physio Forme Inc
  • Collège Inter-Dec
  • Gowling WLG
Recevez les derniers articles Carrière
et offres d'emplois directement dans votre boîte de réception!
Vous avez des questions?
Nous sommes ici pour vous aider.