Tics et tocs, les comportements chocs… du bureau!

, par Louise Proulx.

Votre collègue a un tic qui vous énerve au plus haut point ? Avant de porter atteinte à sa vie, il y a quelques trucs à essayer.

Crayons mâchouillés. Nathalie a arrêté de fumer et c’est tant mieux pour elle. Le problème, c’est qu’elle s’est mise aux crayons. N’importe quel crayon : le mien, le tien, le sien… Ce qui fait que si t’as besoin d’un crayon, tu peux être sûr qu’il sera tout baveux.

Et si j’appliquais une généreuse couche d’insecticide sur tous les crayons du bureau ? Mauvaise idée, je pourrais en prendre pour 10 ans. Je vais plutôt lui refiler les vieux bonbons d’Halloween de mon fils rangés dans le haut de l’armoire depuis quatre mois.

Un emploi pour vous?

La déformation du trombone. Tout bureau qui se respecte possède un arsenal de trombones. Normal, ils sont indispensables. Le problème c’est que Maxime s’est découvert une passion pour les sculptures d’animaux en trombones. Il a d’ailleurs installé sa ménagerie sur le rebord de la fenêtre : des chats, des lions, des éléphants… Si bien qu’il est devenu impossible de trouver un trombone intact dans la place.

J’aurais juste envie de lui acheter un gros rouleau de fil métallique pour qu’il foute la paix à mes trombones de couleur, mais je vais plutôt investir dans un cadenas et les ranger en lieu sûr.

Le clic du stylo quatre couleurs. Je n’en peux plus, mon patron s’acharne sur un malheureux Bic à quatre couleurs qui ne lui a pourtant rien fait. Clic, clic, clic, clic…

J’aurais juste envie de kidnapper l’affreux objet et de le prendre en otage contre sa promesse d’arrêter de le torturer. Mais je vais plutôt attendre sa fête et lui offrir une belle plume.

L’incessant va-et-vient d’une fermeture éclair. Elle est comme ça Mathilde. Dès qu’elle réfléchit, et elle réfléchit souvent, elle s’amuse avec la fermeture éclair de sa veste. Et elle porte toujours la même. Zip, zip, zip… c’est pas compliqué, j’en rêve la nuit.

J’aurais juste envie de tout tenter pour échapper ma tasse de café sur cette veste de malheur. Mais je vais plutôt lui offrir une boule antistress.

Le parfum. C’est pas compliqué, l’odeur me monte au nez. Si Camille se contentait d’appliquer son parfum le matin à la maison, je pourrais m’y faire. Mais non, elle ne passe pas une heure sans en remettre une couche. Et quand ce n’est pas son parfum, c’est sa crème à main. Pschitt par-ci, pschitt par là.

J’aurais juste envie de l’attaquer au Febreze®, mais je vais plutôt lui dire avec franchise que je ne supporte pas son odeur.

Les pas traînants. On aurait dit que Robert tire toute la souffrance du monde en marchant.

J’aurais juste envie de lui mentionner que le plancher est propre, mais je vais plutôt me taire et vous laissez imaginer la suite…



Partagez cette nouvelle!

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.

Les employeurs qui recrutent
  • Gowling WLG
  • Desjardins
  • La Presse
  • ZSA
  • Collège Inter-Dec
  • Espace Physio Forme Inc
  • Pillière Bolduc Notaires
Recevez les derniers articles Carrière
et offres d'emplois directement dans votre boîte de réception!
Vous avez des questions?
Nous sommes ici pour vous aider.