Une job à 55K à Valcourt!

, par Secretaire-inc.

Françoise Lamarche, secrétaire depuis 28 ans, est assurément l’une de ces perles rares.

Depuis deux ans, cette campagnarde de souche de 53 ans a redéposé ses valises nulle part ailleurs qu’à Valcourt, sa ville natale. Et elle y a fait d’une pierre deux coups…

« J’ai revu un collègue d’études de mon adolescence au restaurant. Nous sommes devenus amis Facebook, et là, ça fait un an et demi que nous sommes en couple! Il travaille au même endroit que moi », qu’elle raconte, émoustillée.

Un emploi pour vous?

Point de vue professionnel, la dame n’est pas en reste. « Chez BRP à Valcourt, je gagne 55k comme adjointe administrative, avec avantages sociaux et plan de pension. Dès l’entrée, l’expérience est reconnue. Mais on travaille énormément. » Ce qui n’effraie en rien cette fonceuse qui compte y finir sa vie active.

De la campagne à la ville

Pourtant, ça n’a pas toujours été facile. Élevée sur une ferme dans une famille de six enfants « où tout le monde travaillait fort », la dame a appris tôt à se retrousser les manches. Début vingtaine avec deux poupons sous le bras, elle quitte son Racine natal pour s’installer à Saint-Hubert.

« J’ai mis six ans à m’adapter à la ville. Les gens qui ne se parlent pas, les grandes rues, l’autobus… Quel choc pour une fille de la campagne! J’avais peur… »

Coup de pouce d’Emploi-Québec

À cette époque, la mère monoparentale est deux ans sans travailler. Sa voix chuchote : « Ça me gênait tellement d’avoir recours à l’aide sociale! J’ai été habituée à bosser dur… Mais grâce à leur aide, j’ai pu aller étudier en secrétariat au Cégep. »

Voyagement Saint-Hubert – Longueuil, garderie, études à temps plein, les devoirs, les enfants, le souper, etc. Et tout ça, en autobus. Difficile? Assurément. Mais Françoise n’a aucun regret. « Avec mon attestation en secrétariat, j’ai rapidement trouvé du travail et je n’en ai jamais manqué par la suite. »

En effet, la secrétaire a accumulé 22 années d’expérience à Montréal, dont les quinze dernières au même endroit. Jusqu’à ce que l’amour lui fasse tout quitter pour s’installer près de Drummondville.

« Repartir à zéro après quinze ans de stabilité, ce n’est pas rien. En plus, on m’offrait 25k, malgré mon bagage… En 2006! » Celle qui gagnait 42k à Montréal s’est donc contentée d’osciller entre 31 et 40k pour les sept années qui ont suivi. Jusqu’à ce que l’appel du bercail se fasse entendre…

De beaux jours à l’horaire

Aujourd’hui avec son amoureux, elle pense retraite. « Nos projets, c’est la famille. Je suis grand-mère de cinq petits-enfants et mes deux grands ont maintenant 32 et 33 ans. Mon conjoint en a quatre, dont la dernière de six ans qui vit avec nous en garde partagée. Nous aimons recevoir, les jeux de sociétés, les restos. Nous voulons vivre bien et heureux. »

Si son chemin a comporté quelques embûches, jamais Françoise n’a abdiqué, poussée par sa motivation première : son développement personnel. Lectures, thérapies, groupes de travail sur soi et études en psychologie ont forgé la route de cette humaniste qui affirme sereinement : « Aujourd’hui, je vais merveilleusement bien, mais c’est le résultat d’un gros travail. »

On lui souhaite plein de bonheur avec son amoureux, leurs enfants et leurs petits-enfants!



Partagez cette nouvelle!

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.

Les employeurs qui recrutent
  • Espace Physio Forme Inc
  • Pillière Bolduc Notaires
  • Gowling WLG
  • Desjardins
  • ZSA
  • La Presse
  • Collège Inter-Dec
Recevez les derniers articles Carrière
et offres d'emplois directement dans votre boîte de réception!
Vous avez des questions?
Nous sommes ici pour vous aider.