Quoi dire et (ne pas) dire lorsque vous êtes nouveau au bureau

, par Jean-François Parent.

Le « p’tit nouveau » dans un bureau s’expose parfois à la méfiance de ses nouveaux collègues…

Ceux qui ont des chats connaissent le scénario  : le chat établi accueille très, très mal un nouveau minou et défend son territoire en montrant les dents.

C’est un peu le genre d’attitude que de nouveaux collègues risquent d’adopter face à l’employé qui débarque, relate le magazine Fast Company.

Un emploi pour vous?

Certains afficheront une attitude défensive, cachés sous un masque orné de plaisanteries superficielles. On ne sait pas à quoi s’en tenir avec le nouvel employé, on établit des limites, on peut même se sentir menacé inconsciemment.

Il y a moyen d’affronter la situation de façon à rassurer tout le monde. Voici ce qu’il faut dire — et surtout ne pas dire.

Abordez votre expérience passée seulement pour résoudre un problème

Une erreur fréquente des nouveaux est de bassiner tout le monde avec ses expériences antérieures. Elles sont pertinentes, certes, mais toujours commencer une phrase avec « à mon ancien poste… » donnera l’impression que vous aimeriez y être plutôt que dans votre nouvel emploi. Cela donne une mauvaise impression.

Pour éviter les faux pas, tentez plutôt de faire équipe avec vos nouveaux collègues face au défi qui se présente. Plutôt que de dire « là où j’étais, on réglait ce problème comme ça », commencez par discuter du problème avec les collègues. Puis, si c’est opportun, mettez votre expérience de l’avant.

Il n’y pas de question idiote

Ne pas poser une question qui semble idiote est pire que d’en poser une. S’abstenir de poser des questions, même celles dont la réponse est évidente, risque de vous faire passer à côté d’informations essentielles.

Bien sûr, on veut que les gens aient une bonne opinion de soi, mais poser des questions démontre vous voulez vous impliquer et que vous êtes prêt à apprendre. Ne ratez pas l’occasion  : questionner permet d’apprendre comment fonctionnent les collègues et de jeter les bases de relations professionnelles.

Ne pas hésiter à aller au fond des choses

On va toujours se méfier des habiletés d’un nouveau venu. Il faut qu’il fasse ses preuves. Tant qu’on ne vous connaît pas bien, on hésitera à partager des informations avec vous. Mais voilà, vous avez besoin de ces infos pour avancer.

Il faut donc le faire de la bonne façon, en évitant les confrontations. Bref, il faut du tact.

La stratégie pour y arriver comporte trois étapes :

1. Soyez à l’écoute de vos collègues en reformulant ce qu’ils viennent de vous expliquer. « Donc vous avez réduit les coûts de façon significative. C’est super! »;

2. Puis, amenez-les à accepter que le travail n’est pas terminé. « Mais comme vous le savez, on m’a embauché pour voir si on peut pousser l’exercice plus loin. »;

3. Donnez-leur l’espace pour contribuer. « Qu’est-ce qu’il faudrait faire selon vous pour réduire davantage les coûts? »

Adoptez le rythme

Chaque entreprise fait les choses à sa façon, selon son emploi du temps. Certaines boîtes vont vite, d’autres prennent leur temps. Il est vital de prendre le pouls afin de s’adapter à ce rythme.

L’impression que vous laisserez quant à votre volonté de vous fondre dans le moule dépendra de vos réactions. Ainsi, plutôt que de dire « je vais t’envoyer les détails de mon projet dans quelques heures », demandez plutôt « quand est-ce que tu aimerais avoir les détails de mon projet? ».

De cette façon, vous laissez le soin aux autres d’imposer leur rythme. Vous aurez ainsi plus de facilité à vous faire accepter et à nouer des relations durables.



Partagez cette nouvelle!

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.

Les employeurs qui recrutent
  • Desjardins
  • Gowling WLG
  • ZSA
  • Espace Physio Forme Inc
  • La Presse
  • Collège Inter-Dec
  • Pillière Bolduc Notaires
Recevez les derniers articles Carrière
et offres d'emplois directement dans votre boîte de réception!
Vous avez des questions?
Nous sommes ici pour vous aider.