Elle court, elle court, la rumeur…

, par Secretaire-inc.

Les rumeurs naissent d’un rien, mais prennent rapidement de l’importance. Elles s’amplifient à mesure que chacun ajoute un détail, jusqu’à devenir une arme de harcèlement.

Comme le bruit, la rumeur se propage rapidement dans une compagnie. Souvent, c’est devant la machine à café que se déploie cette redoutable toile d’araignée.

Ainsi, votre petite sortie amicale au resto avec le nouveau directeur est déjà parvenue à certaines oreilles malveillantes.

Un emploi pour vous?

Aux origines de la rumeur, on trouve toujours un sinueux trajet qui va de Pierre de la comptabilité qui a dit que selon le voisin de la directrice qu’il paraît que la nouvelle secrétaire était au courant que notre amie sort avec son superviseur (reprenez votre souffle).

Une violence verbale

Secrétaire-Inc a posé la question à Luc Brunet, professeur de psychologie du travail à l’Université de Montréal. Pour lui, c’est réellement une forme de violence indirecte.

«La rumeur se propage partout et rapidement, c’est une arme redoutable du harcèlement psychologique». Le terreau fertile pour une rumeur reste bien sûr les compagnies, qui connaissent des insuffisances au niveau de la communication.

«La rumeur redoute toujours la transparence et se réfugie dans l’opacité», estime Luc Brunet. Pour lutter contre ce genre de sévices, mieux vaut en parler pour dissiper les malentendus. «Les organisations doivent afficher une tolérance zéro aux potins en établissant un code d’éthique », conclut le professeur.

Mais qui sème donc le trouble avec ses rumeurs qui font mal au bureau? Pour Christian Drolet, directeur de recrutement de la firme Robert Half, il y a un certain profil de personnes qui en raffolent.

Le colporteur

C’est le personnage par qui tout commence. Il a l’art et la manière d’échapper une rumeur à propos d’une tierce personne. «Je te le dis à toi, mais ne le dis à personne». Le pire des ragots est de colporter qu’un employé est incompétent.

L’usurpateur

C’est un peu l’acteur qui a raté sa vocation! Il adore qu’on parle de lui au travail, il va même jusqu’à s’adjuger le travail des autres. C’est surtout le genre de personne qui n’hésite pas à tout utiliser pour avoir une promotion, pour lui la fin justifie les moyens.

Le flatteur

C’est le Don Juan du boulot, son charisme lui fait presque tout pardonner auprès des autres collègues. Cette personne a toujours le mot flatteur pour le boss et n’hésite pas à prendre sa défense, surtout quand il sait qu’il n’est pas très loin de lui.

Et vous? Avez-vous déjà été victime de rumeurs? Dites-nous comment vous avez réagi?

^Aide en ligne

C’est en juin 2004 que la Loi sur les normes du travail a reconnu aux salariés le droit d’évoluer dans un environnement de travail sain et exempt de harcèlement. Ce site renferme plusieurs actions et ressources pour mettre fin au harcèlement.^



Partagez cette nouvelle!

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.

Les employeurs qui recrutent
  • Pillière Bolduc Notaires
  • Espace Physio Forme Inc
  • La Presse
  • Desjardins
  • Gowling WLG
  • Collège Inter-Dec
  • ZSA
Recevez les derniers articles Carrière
et offres d'emplois directement dans votre boîte de réception!
Vous avez des questions?
Nous sommes ici pour vous aider.