Embauches : opter pour le recrutement ou la chasse de têtes ?

, par Sophie Ginoux.

Embaucher du personnel étant devenu très ardu, le recours à des professionnels en recrutement ou en chasse de têtes est de plus en plus populaire. Quand faut-il utiliser ces services ? Quels sont leurs avantages et leur prix ? Voici tout ce qu’il faut savoir à leur sujet.

Chaque semaine ou presque, les gros titres des médias confirment ce que beaucoup d’employeurs savent déjà : nous connaissons une réelle pénurie de travailleurs au Québec. Le taux de chômage a même atteint en mars 2022 4,1 % (selon Statistique Canada), ce qui fait de ce dernier le plus bas taux jamais enregistré dans la province. 

Évidemment, ce contexte historique pèse sur les sociétés, qui doivent embaucher du personnel pour fonctionner, remplacer les personnes qui partent à la retraite et se développer. Le problème qu’elles rencontrent est encore plus épineux quand elles cherchent à combler des postes liés à des compétences précises et spécialisées. Et cerise sur le sundae, quand elles souhaitent miser sur le long terme avec des candidats à la personnalité et aux valeurs coïncidant avec les leurs.

Un emploi pour vous?

À l’intérieur de ce qui ressemble de plus en plus à une guerre des talents, le recours à des recruteurs et à des chasseurs de têtes devient donc un passage obligé, quelle que soit la taille de l’entreprise. Parce qu’effectivement, les TGE tout comme les petites PME sont touchées par la pénurie de main-d’œuvre et s’offrent les services de professionnels de ce type, contrairement à l’idée reçue que seules les plus grandes sociétés peuvent le faire. Encore faut-il faire les bons choix selon ses besoins. 

Quand recourir au recrutement professionnel ?

Les entreprises font affaire avec des professionnels du recrutement dans plusieurs situations :

  • Elles ne disposent pas d’un service de ressources humaines
  • Elles n’ont pas le temps de réaliser un processus de recrutement complet
  • Elles cherchent des profils très précis qui requièrent un vaste réseau qu’elles ne possèdent pas
  • Elles veulent débusquer des talents rares, quitte à ce qu’ils soient déjà employés ailleurs ou résidents à l’étranger
  • Elles veulent combler un poste stratégique en toute discrétion

La plupart des sociétés ne font pas immédiatement appel à des recruteurs ni à des chasseurs de tête. Elles ont souvent épuisé les moyens habituels (petites annonces, réseaux sociaux, portes ouvertes de recrutement, etc.) pour trouver des candidats avant de se tourner vers des professionnels du recrutement. Toutefois, une fois qu’elles ont commencé à utiliser ce genre de services, elles sont souvent enclines à répéter l’opération, car ces derniers sont plus efficaces même s’ils sont payants.

Recruteur et chasseur de tête : deux métiers différents

Il existe de nombreuses similitudes entre ce que les recruteurs et les chasseurs de têtes font au quotidien, et c’est ce qui explique pourquoi beaucoup de personnes ont du mal à les distinguer. Approches, méthodes de travail, réseaux, rétribution ; même s’ils comblent tous des emplois, ils ne s’y prennent pas du tout de la même manière et exercent un métier différent.

En général, les recruteurs peuvent gérer un assez grand nombre de dossiers, avec des types de postes variés à combler dans un ou plusieurs secteurs d’activité. Ils réalisent une recherche de candidats au moyen d’outils traditionnels (annonces, sourcing générique, etc.).

Les chasseurs de têtes, de leur côté, sont engagés pour trouver rapidement des candidats aux compétences recherchées ou rares, et dont les qualités personnelles correspondront à celles des entreprises qui embauchent. Ils ne s’occupent donc que de quelques dossiers à la fois, sont spécialisés dans une industrie dans laquelle ils possèdent un large réseau de contacts, et utilisent des méthodes non conventionnelles pour approcher de potentiels candidats et sont très habiles en négociation.

Combien coûte un recrutement professionnel ?

Quand on sait que l’embauche d’une recrue représente une somme située entre 2 000 et 4 000 $ (source Emploi Québec), si l’on tient compte des frais connexes et du temps passé à la former, on comprend que les sociétés se tournent vers des professionnels pour trouver le ou la candidate qui répondra vraiment à ce qu’elles recherchent.

Par contre, il peut être un peu difficile de se repérer dans les tarifs des services professionnels de recrutement… parce qu’ils divergent beaucoup et sont associés à des garanties différentes d’une agence à l’autre.

Alors, qu’est-ce qui peut influer sur l’option que l’on va choisir – recrutement ou chasse de tête – , ainsi que le prix associé? Les paramètres du mandat lui-même. Les employeurs doivent donc se poser plusieurs questions avant de faire leur choix : le poste à pourvoir est-il rare ou très recherché ? Est-il attractif ? Les exigences requises sont-elles modestes ou importantes ? Doit-il être comblé très rapidement ? Cette recherche doit-elle être menée en toute discrétion ?

Selon les réponses obtenues, les sociétés peuvent alors avoir recours, soit à des recruteurs qui pourront mener une recherche générique et sélectionner un certain nombre de CV de candidats aux compétences intéressantes ; soit à des chasseurs de têtes, qui s’impliqueront du début à la fin du processus, jusqu’à la signature du contrat de travail.

Évidemment, les tarifs de ces services vont à l’avenant de ladite implication. La facturation pour du recrutement sera souvent fixé au forfait, que certaines agences affichent directement sur leur site web ou sur leur kit média. Attention, ces prix peuvent aller du simple au triple selon la réputation de l’agence, sa CVthèque et sa vitesse d’exécution.

La plupart des chasseurs de têtes pratiquent plutôt une facturation au pourcentage, qui se situe d’ordinaire entre 15 et 30% du salaire annuel associé au poste à pourvoir. Mais là encore, il faut faire attention aux garanties offertes par les agences. Le paiement au succès, c’est-à-dire quand l’employé est trouvé et a signé son contrat de travail, est à privilégier à un paiement d’acompte, par exemple. De la même manière, les agences vraiment sérieuses garantiront à leurs clients un nouveau service de chasse gratuit ou un remboursement si, dans les trois mois suivants, les recrues trouvées quittent l’entreprise. Soyez vigilant !



Partagez cette nouvelle!

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.

Les employeurs qui recrutent
Recevez les derniers articles Carrière
et offres d'emplois directement dans votre boîte de réception!
Vous avez des questions?
Nous sommes ici pour vous aider.