Êtes-vous une as de l’orthographe ?

, par Marie Paris.

Même les meilleurs d’entre nous en font. Les fautes d’orthographe, ça peut arriver à tout le monde, et surtout à cause de ces petites erreurs si récurrentes qu’on n’y fait plus attention. Et pourtant, une faute dans un document professionnel – ou une lettre d’amour – peut faire si mauvaise impression!

Voici une liste de ces pièges (à apprendre par coeur). Voyez si vous ne vous êtes jamais fait avoir :

– Quelque : Attention, « quelque » ne prend pas de S final quand il a le sens de « environ », « à peu près ». Exemple : Quelque 2 000 personnes étaient présentes à la manifestation…

Un emploi pour vous?

– A priori : a posteriori, a fortiori… Dans ces mots provenant du latin, le A initial ne prend pas d’accent, puisqu’il n’y en a pas dans la langue d’origine.

– Masculin/féminin : « Après-midi » peut être masculin ou féminin, « augure » est masculin, comme « auspice » ou « amour ». Par contre « des amours » est féminin. Les mots qui trompent sont souvent ceux qui commencent par une voyelle, pour lesquels on fait une liaison à l’oral. Mais « espèce » est féminin, même si le nom qui suit est masculin, comme « une espèce d’idiot ».

– Voire même : Stop aux pléonasmes ! Ces deux mots ont le même sens, et l’expression n’est donc pas correcte. Idem pour « au jour d’aujourd’hui ».

– Après que : Oui, ça sonne très étrangement à l’oreille, mais « après que » est suivi de l’indicatif – c’est d’autant plus troublant que « avant que » est suivi du subjonctif. Exemple : Il a téléphoné après qu’il a appris la nouvelle.

– Élision : Si on écrit bien « qu’il » et non « que il », « s’il » et non « si il », on ne fait pas d’élision avec les mots commençant par H – bien qu’on la fasse à l’oral. Exemples : que hier, le haricot.

– Pallier à : On voit cette expression partout, pour signifier « remédier à ». Mais non, le verbe pallier est transitif et se passe donc de « à ».

– Réaliser : Attention anglicisme ! Ce verbe, qui signifie « rendre réel », « donner existence à », est souvent utilisé dans le sens de « se rendre compte de », qui vient de l’anglais « to realize ».

– Fautes mystère : On écrit bien « cauchemar » sans D final, « dilemme » et pas « dilemne », et « liturgie » sans H.

– Se rappeler : …quelque chose – et non pas « se rappeler de… ». C’est en effet un verbe transitif, et la confusion vient de son synonyme « se souvenir de ». Vous vous rappelerez ?



Partagez cette nouvelle!

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.

Les employeurs qui recrutent
  • La Presse
  • ZSA
  • Desjardins
  • Collège Inter-Dec
  • Espace Physio Forme Inc
  • Gowling WLG
  • Pillière Bolduc Notaires
Recevez les derniers articles Carrière
et offres d'emplois directement dans votre boîte de réception!
Vous avez des questions?
Nous sommes ici pour vous aider.