« J’ai décidé de partir à mon compte! »

, par Louise Proulx.

Déçue par les différents emplois occupés dans les dernières années, notre secrétaire de la semaine décide de faire le grand saut en devenant une adjointe contractuelle. Tranquillement, mais sûrement, elle fait son chemin!

Sonia Bisson, 44 ans, possède une belle et longue feuille de route, et semble avoir été dotée de nombreux talents. Coiffeuse, chanteuse, propriétaire de restaurant, secrétaire… et, depuis peu,  entrepreneure. En effet, après avoir fait son Attestation de spécialisation professionnelle (ASP) en Lancement d’entreprise l’automne dernier, la voilà devenue adjointe travailleuse autonome depuis le mois de janvier.

Elle a généreusement accepté de partager son expérience avec Secrétaire-inc.

Un emploi pour vous?

 

Au cours de votre vie, vous me dites avoir porté de nombreux chapeaux. Qu’est-ce qui vous a finalement emmenée au secrétariat?

Plus jeune, ne sachant pas quoi faire dans la vie, j’ai fait un DEP en coiffure. Mais n’ayant pas eu la piqûre, je n’en ai jamais fait mon gagne-pain. Comme ma mère est décédée dans ces années-là, j’ai rapidement dû gagner ma vie. Je me suis tournée vers la restauration. Puis, avec le père de mon fils, de qui je suis séparée aujourd’hui, nous sommes devenus propriétaires d’un restaurant.

C’est suite à notre séparation qui a été très difficile que j’ai décidé de me réorienter. J’avais besoin de me reconstruire en quelque sorte. De son vivant, ma mère était secrétaire. C’est un métier qui m’a toujours attirée. J’aime écrire, prendre des notes et tout ce qui touche à la documentation… En 2006, à l’âge de 33 ans, je suis allée faire mon double DEP en secrétariat et en comptabilité.

 

Avez-vous facilement trouvé du travail  par la suite?

Oui, au cours des dix dernières années, j’ai occupé plusieurs postes différents. J’ai particulièrement aimé travailler pour le CHU de Sherbrooke, mais comme ça pouvait prendre des années avant que j’aie un poste à moi, j’ai abandonné. Par la suite, je ne suis malheureusement pas tombée sur des emplois qui me convenaient tout à fait : mauvaise gestion, environnement déprimant, aucune possibilité d’avancement… Disons que je n’ai pas été chanceuse.

 

Est-ce la raisons pour laquelle vous avez décidé de devenir votre propre patron?

Oui, c’est un épuisement professionnel qui a déclenché ma prise de décision. Il faut dire que, comme dans mes passe-temps j’ai chanté dans les bars, brasseries, campings, festivals, mariages et même lors de funérailles durant vingt ans, j’ai toujours eu la fibre « travailleur autonome ». Aussi, mon nouveau conjoint a un emploi assez payant pour que je puisse me permettre de prendre ce risque.

 

Quels services offrez-vous comme secrétaire virtuelle?

Mes services comportent trois volets : secrétariat, comptabilité et organisation d’événements (que je me permets d’offrir également parce que j’ai suivi une formation à cet effet et parce que j’ai eu l’occasion d’organiser moi-même deux événements pour la fondation du CHU).

 

Est-ce que votre entreprise roule comme vous le souhaitez?

J’ai déjà quelques clients dont certains sont réguliers, mais je dois continuer à planter des graines, laisser aussi les fleurs pousser en espérant que, d’ici quelque temps, ça donne un magnifique bouquet!



Partagez cette nouvelle!

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.

Les employeurs qui recrutent
  • Gowling WLG
  • Pillière Bolduc Notaires
  • La Presse
  • Collège Inter-Dec
  • ZSA
  • Desjardins
  • Espace Physio Forme Inc
Recevez les derniers articles Carrière
et offres d'emplois directement dans votre boîte de réception!
Vous avez des questions?
Nous sommes ici pour vous aider.