« Kévyn, tu es un RH sans cœur! »

, par Kevyn Gagné.

Les RH n’ont pas toujours bonne réputation. C’est peut-être parce que les employés et candidats ne leur rendent pas tout le temps la vie facile…

J’imagine que vous vous souvenez tous de l’histoire du garçon qui criait au loup, cette fable d’Ésope? Le jour où il voit vraiment un loup, plus personne ne le croit ou lui prête même attention.

À force d’annoncer une chose qui ne se produit pas, on finit par ne plus écouter ni porter attention. Ce n’est pas une question d’insensibilité; c’est tout simplement la résultante d’une série de quiproquo nous laissant sur notre faim ou nous menant intentionnellement dans un cul-de-sac!

Un emploi pour vous?

Dans le merveilleux monde du travail, nous retrouvons ce petit garçon à bien des occasions lorsque nous sommes en RH.

Notre environnement de travail est un laboratoire très effervescent. Disons tout simplement que ces annonceurs de mauvaises nouvelles font partie du quotidien pour certains d’entre nous.

Dans bien des cas, leurs fausses alertes n’ont que des répercussions limitées sur les autres employés! Avec une gestion bien organisée, nous devrions être en mesure de colmater les situations quand elles se présentent, mais l’objectif RH est de les résorber avant même qu’elles ne se présentent évidemment.

Une petite question

À brûle pourpoint, si je vous demandais s’il vous est déjà arrivé qu’un employé vous ait informé de son incapacité à se présenter au travail suite à un accident d’auto, la plupart d’entre vous me répondrait probablement par la négative. Maintenant, si je vous demandais si, selon vous, il est possible que cinq personnes ne se connaissant pas puissent utiliser la même excuse en l’espace de six mois? Vous me répondriez sûrement que deux, c’est possible, mais que cinq, c’est statistiquement improbable. Pousse, mais pousse égal!

Et pourtant…

J’ai un candidat qui doit se présenter en entrevue, mais je remarque son absence à l’heure convenue. Je fais un suivi et deux jours plus tard, j’apprends que le candidat a passé les quatre derniers jours à l’hôpital. C’est très malheureux.

J’ai un second candidat qui devait se présenter hier soir pour débuter son travail. Je constate son absence ce matin. Je m’informe et apprends que le candidat était à l’hôpital avec sa fille qui venait d’être victime d’un accident. Je ne peux rien dire.

Une semaine plus tard, un 3e candidat ne peut se présenter à son 2e jour de travail, il a subi un accident de la route. Je doute.

Une 4e personne utilise l’excuse de sa fille pour justifier son absence le vendredi précédent une fin de semaine de trois jours. Je ne le crois pas. Je me dis que 4 fois, c’est impossible. Je contacte le recruteur et lui dis que je vais poursuivre mes recherches pour remplacer ce monsieur. Maudit… cette fois-ci, c’était vrai!!!

Comble du malheur, à quelques minutes d’intervalles près, je contacte par téléphone et courriel un candidat pour lui annoncer le début de son emploi. Deux jours plus tard, n’ayant aucun signe de vie, je laisse un autre message pour lui annoncer que nous poursuivrons malheureusement le processus avec une autre candidature. Je reçois une réponse à mon courriel. Le monsieur s’excuse du délai… mais il était à l’hôpital.  Je ne sais plus quoi croire ou quoi dire à ce 5e monsieur…

Ceci expliquant cela…

Mon expérience acquise dans plusieurs types d’industries m’oblige à questionner, à être suspicieux, à ne plus croire… Pouvez-vous imaginer dire à quelqu’un « je ne crois pas que votre fille ait subi un accident », alors que cette fois-ci, l’unique fois où tu ne crois plus, c’est vrai… Imaginez comment j’ai d’l’air d’un sans-cœur, d’un trou d’cul, et d’un insensible pour ce monsieur.

Une grande majorité de candidats se plaignent (souvent à raison) des recruteurs qui ne retournent pas l’appel, qui ne donnent pas de suivi d’entrevue, qui sont bornés, se plaignent que les professionnels RH oublient trop souvent le H (facteur humain) de leur fonction RH… Pour certains, vous avez raison. Mais, la grande majorité du temps, nous ne sommes pas derrière les portes closes et Dieu sait que ces deux morceaux de bois se touchant peuvent engendrer d’importantes discussions.

Malheureusement, certains candidats paient le prix  pour le manque de professionnalisme des candidats précédents… Mais ils n’en savent rien. Ils ne subissent que les remous de la vague.

Peu importe, au final, c’est encore de la faute aux RH. À certaines occasions, peut-être! Mais ne vous en faites pas, j’ai souffert pour vous mes amis! Ne vous en faites pas, j’ai le dos large grâce aux nombreuses et douloureuses séries effectuées de Bent Over, de Cable Rowing et de Lat Press Down



Partagez cette nouvelle!

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.

Les employeurs qui recrutent
  • Collège Inter-Dec
  • Pillière Bolduc Notaires
  • Gowling WLG
  • La Presse
  • ZSA
  • Desjardins
  • Espace Physio Forme Inc
Recevez les derniers articles Carrière
et offres d'emplois directement dans votre boîte de réception!
Vous avez des questions?
Nous sommes ici pour vous aider.