Les 5 licenciements les plus absurdes!

, par Theodora Navarro.

Une erreur de caisse conséquente, un manque de discrétion, une volonté de nuire à l’entreprise, plusieurs fautes peuvent conduire à un licenciement. Mais parfois, les employeurs voient des erreurs… inattendues. Voici le top 5 des motifs de licenciement les plus incroyables.

1) Faim nuisible. L’employée d’une épicerie a été licenciée lorsque l’on a découvert que, prise d’une fringale et étant dans l’impossibilité de quitter son poste pour aller se sustenter, elle avait pioché deux gâteaux dans un paquet préalablement éventré par un client, qu’on lui avait ramené à sa caisse et qui était destiné – comme c’était la règle en vigueur dans ce magasin – à être jeté.

2) Nourriture condamnable. L’employée d’un restaurant a été immédiatement congédiée lorsque son patron s’est aperçue qu’elle emportait avec elle… des poireaux défraîchis récupérés dans la poubelle, qu’elle destinait à ses lapins.

Un emploi pour vous?

3) Charité dangereuse. Une jeune Américaine, travaillant chez un géant bien connu de la grande distribution, s’est vue mettre à pied pour une raison assez inédite : un excès de charité! Possédant une carte de réduction réservée aux employées de l’entreprise, elle avait acheté pour 1000 dollars de jouets, dans le but de les offrir à une oeuvre de charité. Grâce à sa carte, elle avait pu épargner 108 dollars. Mal lui en a pris! Cette carte était en effet réservée aux achats pour les employés et leurs familles seulement! On l’a également menacée d’une plainte pour vol si elle ne remboursait pas la somme manquante.

4) Majuscules inquiétantes. Une comptable néo-zélandaise a perdu sa job après avoir envoyé un courriel d’informations à l’ensemble des employés. Les nouvelles procédures à suivre y étaient indiquées en majuscules. Sa direction n’a pas apprécié ce courriel qu’elle jugeait agressif.

5) Tenue provocante. Une employée de banque, qui appréciait de porter des robes moulantes, a été licenciée au motif que ses tenues étaient provocantes et qu’elle empêchait ses collègues masculins de se concentrer sur leur travail.

Une secrétaire trop bavarde

Une secrétaire anglaise, employée en France et blogueuse à ses heures, a été renvoyée lorsque son entreprise a découvert qu’elle tenait un blogue dans lequel elle parlait épisodiquement de choses drôles qui lui arrivaient à son travail. Elle n’avait jamais nommé l’entreprise. Elle a poursuivi son employeur pour licenciement abusif et a remporté son procès.



Partagez cette nouvelle!

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.

Les employeurs qui recrutent
  • La Presse
  • ZSA
  • Gowling WLG
  • Collège Inter-Dec
  • Pillière Bolduc Notaires
  • Desjardins
  • Espace Physio Forme Inc
Recevez les derniers articles Carrière
et offres d'emplois directement dans votre boîte de réception!
Vous avez des questions?
Nous sommes ici pour vous aider.