Les références : plus importantes qu’on pense!

, par Myriam Lapierre.

Un recruteur vous a déjà demandé de « préparer » vos références? Si comme notre lectrice vous ne savez pas ce que ça veut dire, lisez bien ceci!

Question

Bonjour,

Un emploi pour vous?

Je souhaite changer d’emploi pour la première fois en 7 ans. J’ai eu une entrevue dans une agence de recrutement récemment et, à la fin de la rencontre, la dame m’a dit :  « Et, bien sûr, n’oubliez pas de préparer vos références! » J’ai acquiescé sur le moment, mais je réalise que je ne suis pas certaine de ce comprendre ce qu’elle veut dire par « les préparer ». Éclairez-moi s’il vous plaît!

Monique

Réponse

Bonjour Monique,

Les références sont en effet une partie cruciale d’un processus d’embauche, et elles sont parfois négligées. Certains patrons les prendront avant l’offre, certains vous feront une offre conditionnelle à celles-ci, mais rares sont ceux qui ne les vérifieront pas. Passons donc en revue les détails de cette étape à franchir.

La base : quitter en bons termes

Lorsqu’on parle de l’importance de quitter un emploi en bons termes, on fait bien sûr référence… aux références!  Que vous changiez de domaine complètement ou que vous pensiez ne jamais recroiser vos collègues et patrons, vous aurez peut-être à fournir leurs noms un jour ou vous tomberez sur un employeur qui les connaît. Bref, quittez toujours avec l’idée que toutes les personnes laissées derrière vous auront peut-être à émettre une opinion sur vous. De plus, bien qu’il sera important de le leur rappeler une fois le moment venu, il est toujours bon de confirmer auprès de votre supérieur ainsi que certains collègues, que vous pourrez compter sur eux pour donner des références. C’est un peu évident, diront certains, mais de s’être serrer la main là-dessus sera une bonne chose à leur rappeler quelques années plus tard !

Entretenir les références

Que vous soyez en recherche ou non,  il est important de garder un certain contact avec vos références, dans la mesure du possible. En effet, bien que vous ayez laissé une impression positive quelque part, il peut devenir délicat de laisser le nom de quelqu’un à qui vous n’avez pas parlé depuis plus de 5 ans. Un simple dîner annuel avec vos collègues ou un petit courriel de bonjour à votre ancien patron vous assurera de ne pas disparaître complètement de leurs souvenirs. Garder contact avec eux vous permettra aussi de suivre leur trace, si jamais ils quittent aussi l’employeur chez qui vous vous êtes rencontrés.  

Les prévenir le moment venu

Surtout si ça fait longtemps, il sera toujours mieux d’avertir les gens quand ils risquent de recevoir un appel. 1- Ils apprécieront d’être prévenus. 2- Ils rappelleront peut-être plus vite l’employeur qui leur laisse un message. 3- Cela leur permettra de se « remettre dans le bain » quant à leurs souvenirs ! En effet, une référence aura beau vouloir bien faire, les questions sont souvent précises et il peut être difficile de se souvenir des détails. Finalement, vous pourrez même en profiter pour leur parler du poste sur lequel vous posez votre candidature ainsi que de vos motivations au changement, ce qui pourrait les guider dans leurs réponses.

Peu ou pas de références… le dire à l’avance

Certaines personnes n’ont malheureusement qu’une seule référence à donner, ou même aucune.  Ça peut être le cas des jeunes, qui sont dans le même poste depuis la fin de leurs études et qui n’ont aucun collègues ou patrons ayant quitté l’entreprise avant eux. Certaines entreprises ont carrément une politique interdisant aux employés de donner des références.  Bref, lorsque c’est votre cas, il sera important et surtout apprécié que vous le mentionniez d’avance à votre employeur potentiel. Vous éviterez premièrement d’éveiller les soupçons le moment venu, et vous permettrez à l’employeur de creuser un peu plus ses questions en entrevue, ou peut-être même d’ajouter une étape au processus de recrutement afin de pallier le manque de références. Bien que cela puisse être un léger désavantage, je n’ai jamais vu un employeur refuser d’embaucher sa candidate préférée pour cette raison.

En conclusion, chère Monique, votre recruteuse souhaitait simplement s’assurer que vous sachiez déjà qui vous pouviez donner en référence, comment les joindre et, idéalement, que ces personnes soient déjà au courant !

Sinon, comment gérer les mauvaises références? Rendez-vous dans deux semaines !

Une semaine sur deux, Myriam Lapierre, conseillère au recrutement chez ZSA, répondra à une question qui lui sera adressée par une secrétaire… et ça pourrait être vous! De par son métier de conseillère, orienté vers les postes de soutien administratif, Myriam est à même de vous faire découvrir les coulisses du monde du recrutement. Vous avez une question en lien avec la recherche d’emploi, le processus d’embauche, le marché actuel ou les attentes des employeurs? Myriam y répondra par l’entremise de cette chronique : Les coulisses de l’emploi – Question à une recruteuse.

Posez votre question

La Question à la recruteuse sera choisie parmi toutes celles reçues sur le site. Toutes les questions sont bonnes du moment qu’elles concernent votre carrière.

Pour participer, rien de plus simple, inscrivez votre question dans le formulaire de commentaires ci-dessous. Et voilà, le tour est joué!



Partagez cette nouvelle!

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.

Les employeurs qui recrutent
  • La Presse
  • Gowling WLG
  • ZSA
  • Pillière Bolduc Notaires
  • Espace Physio Forme Inc
  • Desjardins
  • Collège Inter-Dec
Recevez les derniers articles Carrière
et offres d'emplois directement dans votre boîte de réception!
Vous avez des questions?
Nous sommes ici pour vous aider.