Milan en Provence

, par Secretaire-inc.

Le dernier arrivage Cellier de notre monopole du vin est un des plus intéressants des dernières années, avec des noms comme Foillard (Morgon), Clos Sainte-Magdeleine (Cassis) et ce vin dont je vous parle aujourd’hui, du domaine Henri Milan.

Vigneron peu connu du grand public, mais véritable mythe chez les amateurs de petits vins d’artistes de la vigne, il produit à Saint-Rémy-de-Provence des vins sur un grand terroir, dans un esprit plus bourguignon que sudiste.

Attention, je ne vous dis pas que vous aurez l’impression de boire un Bourgogne en dégustant du Milan. Mais comme en Bourgogne, il produit des cuvées faites de raisins issus d’une seule parcelle. On privilégie la finesse à la puissance qui est souvent la marque de commerce des vins du coin.

Un emploi pour vous?

Ce vin, en appellation Baux de Provence (aujourd’hui, la cuvée s’appelle le Vallon, et est en appellation vin de France), prouve aussi un fait qui laisse encore bien des gens sceptiques.

Du vin, même nature ou presque, qui a vu très peu de souffre y être ajouté et qui est issu de vignes cultivées en biodynamie, peut vieillir élégamment.

Après près de 10 ans dans la bouteille, issu d’un millésime torride qui a produit beaucoup de vins lourdauds et sans structure, ce vin fait de grenache, syrah, cinsault et mourvèdre n’accuse aucune ride.

Certes, sa robe prend des teintes légèrement tuilées propres aux vins qui ont de l’âge. Mais à la dégustation, on a à faire à un vin au sommet de sa forme.

Le nez dégage des effluves de chocolat noir amer, de marc de café, de cerise rouge dans l’alcool, de menthe et de réglisse. Et de terre mouillée, aussi.

La bouche est élégante et marquée par les épices et un beau fruit noir acidulé et tendre. Les tannins font bien sentir leur présence sans être asséchants. Il y a beaucoup de fraîcheur, et une fine minéralité en finale. Un beau vin de plaisir, parfaitement équilibré, qui vous étonnera si vous avez une idée préconçue des vins de Provence.

Trois bonnes raisons de sauter dessus : son prix correct, le fait qu’il est prêt à boire maintenant sans avoir à passer plus d’années en cave, et finalement, après une semaine en succursales Sélection, il en reste encore pas mal.

Pour accompagner une ratatouille bien relevée, de l’agneau braisé aux herbes, des chipolatas grillées.

Henri Milan, Les Baux de Provence 2003, Code SAQ : 12229371, 25,80$



Partagez cette nouvelle!

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.

Les employeurs qui recrutent
  • ZSA
  • Desjardins
  • La Presse
  • Gowling WLG
  • Pillière Bolduc Notaires
  • Collège Inter-Dec
  • Espace Physio Forme Inc
Recevez les derniers articles Carrière
et offres d'emplois directement dans votre boîte de réception!
Vous avez des questions?
Nous sommes ici pour vous aider.