Parler de sa vie privée au bureau : les pour et les contre

, par Louise Proulx.

Ne pas du tout en parler donne l’impression d’être une personne froide et méprisante. Trop en parler peut mettre les collègues dans l’embarras. Où se trouve la ligne à ne pas franchir? La réponse se trouve ici.

On entend souvent qu’il ne faut pas mélanger vie privée et vie professionnelle. Est-ce fondée ou non? Pas vraiment. Tout est question de dosage. L’idée est plutôt de savoir dans quelle mesure nous pouvons parler de notre vie privée aux collègues et aux patrons.

Le Journal Métro a posé la questions à Maha Daoud, CRHA et coordonnatrice dans le secteur des ressources humaines à l’École d’éducation permanente de McGill. « Oui, il faut garder sa vie privée pour soi, mais cela dépend avec qui et comment », affirme-t-elle.

Un emploi pour vous?

Nous nous rendons au bureau tous les matins pour travailler, mais ce lieu en est aussi un espace social qui nous donne l’occasion d’échanger avec de nombreuses personnes. Si certains collègues racontent allègrement tout ce qui se passe à la maison, d’autres gardent sauvagement pour eux chaque détail de leur vie privée.

Se confier à qui, quand et comment

On ne peut pas tout dire. Bien que vie privée et vie professionnelle soient nécessairement des vases communicants, il ne faut pas tout mélanger.

« La première chose à faire est de déterminer combien un sujet est personnel. Tout est dans la capacité à bien équilibrer et à ne jamais trop entrer dans la sphère intime », conseille Mme Daoud. Elle explique que l’on peut, par exemple, raconter que notre enfant souffre d’une allergie. Mais rien ne sert de décrire dans le menu détail tous ses symptômes.

Au travail, comme partout ailleurs, la bonne humeur est contagieuse. Il en va de même pour pour la mauvaise humeur. « Attention à ne pas embarrasser vos collègues ou à ne pas empoisonner l’équipe avec vos problèmes », avertit Mme Daoud

Nouvellement embauchée

Si vous êtes nouvelle au sein d’une entreprise, l’experte conseille d’observer la dynamique de l’équipe avant de parler de votre vie privée. Cette période d’observation vous permettra de reconnaître les gens de confiance.  

Trop c’est comme pas assez

S’épancher en parlant de sa vie intime n’est certainement pas une bonne idée. Mais, attention, trop se taire, n’est pas mieux non plus. En ne vous ouvrant pas du tout aux autres, vous risquez de passer pour une personne méprisante.

Les gens veulent travailler dans un climat de confiance. En racontant un peu vos dernières vacances ou en partageant votre passion pour le tennis, vous contribuez par le fait même à créer une belle complicité entre les membres de l’équipe. « Cela favorise une connexion, une proximité propice à la productivité », convient Mme Daoud.

Se confier à la hiérarchie

Ce n’est pas facile de se confier à son patron ou à son supérieur immédiat, mais il est parfois essentiel de le faire. Selon Mme Daoud, pour avancer, le gestionnaire a besoin de savoir certaines choses au sujet des ses collaborateurs. Lorsque, par exemple, vous voulez demander un accommodement au travail, vous n’avez pas tellement le choix de raconter quelque chose de personnel. Encore une fois, l’idée ici est d’aller à l’essentiel sans franchir les frontières de l’intimité.

La ligne directrice de Maha Daoud est la suivante :  « Il est possible d’être proche de son équipe, mais il faut tout de même rester vigilant : cela ne doit pas empiéter sur les relations professionnelles ni nuire à la productivité. »



Partagez cette nouvelle!

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.

Les employeurs qui recrutent
  • Espace Physio Forme Inc
  • Gowling WLG
  • La Presse
  • Collège Inter-Dec
  • ZSA
  • Pillière Bolduc Notaires
  • Desjardins
Recevez les derniers articles Carrière
et offres d'emplois directement dans votre boîte de réception!
Vous avez des questions?
Nous sommes ici pour vous aider.