Qu’est-ce que la mort numérique?

, par Radio Canada.

Des spécialistes de la protection des consommateurs se posent des questions sur ce qu’adviennent les données numériques d’une personne à sa mort. C’est ce qu’on nomme la « mort numérique ».

Selon l’avocat et analyste pour Option consommateurs, Alexandre Plourde, la mort numérique représente tout ce qui advient de nos données numériques après notre décès.

« Nos vies sont de plus en plus numérisées […] et ce faisant, on génère une quantité phénoménale de données en ligne. » – Alexandre Plourde, avocat

Un emploi pour vous?

Il ajoute que ces données numériques se présentent sous des formes diverses comme des publications sur les médias sociaux, de la messagerie, des courriels, des photos, des vidéos ou des métadonnées comme celles de notre historique de navigation.

« Toutes ces données-là sont enregistrées sur les serveurs des grandes entreprises technologiques que sont Google, Facebook, Microsoft et autres. Donc, par « mort numérique », on s’intéresse évidemment au devenir de ces données-là, de notre empreinte numérique après notre mort, précise l’avocat.

M. Plourde affirme que, dans bien des cas, nos données numériques peuvent demeurer en ligne des années après notre mort.

« Les politiques de confidentialité des grandes entreprises technologiques prévoient généralement que le compte d’une personne va rester actif tant que l’entreprise n’est pas avisée du décès d’une personne. » – Alexandre Plourde, avocat

Selon Alexandre Plourde, les politiques offertes aux proches d’une personne décédée qui souhaiteraient récupérer les données de leur proche ou fermer son compte sont souvent lourdes.

Certaines entreprises, la seule chose qu’elles vont offrir, c’est la suppression pure et simple du compte. Il n’y a aucune façon d’archiver les données, ajoute-t-il.

Peu de consommateurs penseraient à l’avenir de leurs données numériques à leur mort.

Il y a des experts qui recommandent de faire un inventaire de ses comptes en y adjoignant ses dernières volontés. Parfois, on recommande même de trouver un moyen de transmettre ses mots de passe à ses héritiers pour qu’ils puissent mettre en œuvre nos volontés, propose M. Plourde.

Selon l’avocat, les lois sur la protection de la vie privée protègent les renseignements d’une personne après sa mort.

Les héritiers d’une personne n’ont donc pas nécessairement accès aux données d’une personne décédée.



Partagez cette nouvelle!

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.

Les employeurs qui recrutent
  • Gowling WLG
  • Espace Physio Forme Inc
  • Pillière Bolduc Notaires
  • ZSA
  • La Presse
  • Collège Inter-Dec
  • Desjardins
Recevez les derniers articles Carrière
et offres d'emplois directement dans votre boîte de réception!
Vous avez des questions?
Nous sommes ici pour vous aider.