Les 4 qualités essentielles d’une adjointe à la magistrature

, par Florence Tison.

Vous avez de l’expérience dans le domaine juridique et vous cherchez un nouveau défi. Le métier d’adjointe à la magistrature pourrait être fait pour vous! Mais êtes-vous faite pour lui?

Comme tous les métiers, celui d’adjointe à la magistrature n’est pas fait pour tout le monde. L’adjointe à la magistrature Nathalie Gauthier et la conseillère en ressources humaines au ministère de la Justice Laurie Drolet ont chacune énuméré quelques qualités essentielles pour occuper ce poste.

1. La maîtrise du français

C’est évident, pense-t-on. Et pourtant! La maîtrise de la langue n’est pas donnée à tout le monde. Un excellent français est toutefois essentiel à l’adjointe à la magistrature.

Un emploi pour vous?

« La personne va relire des jugements, faire la mise en page… c’est sûr que ça prend un bon niveau de français! » insiste Laurie Drolet.

« Dans la rédaction de jugement, on ne veut pas qu’il y ait d’erreur », renchérit Nathalie Gauthier.

2. La discrétion

Pour l’adjointe à la magistrature, le terme « secret professionnel » prend tout son sens.

« Il faut de la confidentialité, mentionne Laurie Drolet. C’est certain qu’il faut exceller là-dedans. Ce n’est pas le temps de jaser sur l’oreiller du jugement avec son conjoint, parce que c’est hautement confidentiel. »

« On est soumises au secret professionnel, confirme Nathalie Gauthier. On ne peut pas parler de ce qui va suivre (lors d’une cause), on n’a pas le droit, et c’est normal. On peut en parler après (le jugement), ça on a toujours le droit. »

3. La rigueur

« Ça, c’est de base avec tout travail! » admet Nathalie Gauthier. Mais lorsqu’on parle de justice, la rigueur est encore plus mise de l’avant.

Lorsqu’une adjointe à la magistrature occupe le poste de greffière-audiencière, ce qui peut arriver dans plusieurs palais de justice, elle doit s’assurer que les documents qu’elle remplit sont clairs et respectent les conventions établies pour les dossiers de cour.

« Si le dossier n’est pas terminé, il faut toujours penser que le travail qu’on fait soit bien fait pour la personne qui va suivre, illustre Nathalie Gauthier. On est bien formées pour ça, mais il faut être rigoureux et s’assurer que la suite est facile pour tout le monde. »

4. La résistance à la pression

Dans le domaine de la justice, il y a des délais à respecter, et particulièrement pour l’adjointe à la magistrature. Cela peut occasionner des courses contre la montre. Il est alors important de garder la tête froide.

« Quand il y a un document à déposer et qu’il y a encore des corrections à apporter le matin du dépôt, c’est de l’adrénaline! », témoigne Nathalie Gauthier.



Partagez cette nouvelle!

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.

Les employeurs qui recrutent
  • Desjardins
  • La Presse
  • Collège Inter-Dec
  • Espace Physio Forme Inc
  • Gowling WLG
  • Pillière Bolduc Notaires
  • ZSA
Recevez les derniers articles Carrière
et offres d'emplois directement dans votre boîte de réception!
Vous avez des questions?
Nous sommes ici pour vous aider.