Métier : assistante personnelle

, par Louise Proulx.

Assistante personnelle, adjointe administrative virtuelle, photographe… Notre secrétaire de la semaine s’est créée un bon combo d’emplois! Elle nous raconte sa belle aventure.

Julie Lamoureux a fait un DEP en secrétariat après son secondaire alors qu’elle était encore adolescente. Elle a travaillé plusieurs années comme secrétaire (adjointe au Vice-présidents de communications et relations avec les investisseurs chez CAE et adjointe au gérant chez IBM) jusqu’à ce qu’elle devienne enceinte, il y a 15 ans. C’est à ce moment-là que sa vie professionnelle a pris une autre avenue…

Comment êtes-vous devenue assistante personnelle?

Durant mon congé de maternité, j’ai pris la décision que je ne voulais pas retourner travailler dans un environnement de bureau. À ce moment-là, ma belle-soeur, qui revenait des Bahamas, manquait de temps pour remplir ses obligations personnelles. Elle me donnait donc la liste des choses dont elle avait besoin pour la maison, les vêtements des enfants, etc., et je m’occupais de ça. Ça m’a donné l’idée de partir mon entreprise.

Un emploi pour vous?

Quelle part de votre temps occupent vos fonctions d’assistante personnelle?

Depuis quelques années, je pratique également le métier de photographe que j’ai appris en autodidacte et qui prend de plus en plus de mon temps. Mais quand on est travailleur autonome, on y va avec la demande. En ce moment, je pratique beaucoup la photographie, mais peut-être que j’aurai davantage de contrats comme assistante personnelle dans quelque temps, qui sait?

Quels services offrez-vous exactement comme adjointe virtuelle et assistante personnelle?

Quand je parle avec un client pour la première fois, nous faisons ensemble le tour de ses besoins. Sur le plan administratif, je peux faire de la traduction, de la correspondance, la prise d’appel, l’entrée de données, la production de documents… Et s’il a des besoins personnels, nous en discutons ensemble. Je peux, par exemple, avoir à m’occuper d’aller porter des vêtements chez le nettoyeurs, à magasiner des vêtements pour la rentrée scolaire de ses enfants ou à trouver une maquilleuse pour une fête, un fleuriste pour un baptême… Bref, j’offre à mes clients de les aider à organiser leur quotidien.

Vous a-t-on déjà fait des demandes bizarres ou farfelues?

Je dois dire que non. Je refuse de rencontrer un client si je sens que sa demande manque de sérieux. Je n’accepterai jamais, par exemple, de rencontrer un nouveau client le soir si c’est un homme.

Travaillez-vous pour des gens riches et célèbres?

Une qualité essentielle au métier d’assistante personnelle est le respect de la confidentialité. Je ne nommerai donc pas de noms ici, mais je peux vous dire que, oui, j’ai travaillé pour des célébrités et des gens fortunés.

Quels sont vos tarifs?

Avant je me cassais la tête à distinguer les tâches les unes des autres en leur attribuant un prix différents. Maintenant, j’offre un taux fixe. Je demande 30 $ de l’heure ou 25 $ de l’heure avec achat d’un certain bloc d’heures.

Combien de clients avez-vous?

J’ai une trentaine de clients dont les besoins varient d’une semaine à l’autre, d’un mois à l’autre ou d’une année à l’autre.

Y a-t-il des tâches que vous refusez de faire?

Oui, celles que je n’ai pas envie de faire ou qui sont trop contraignantes pour moi. Par exemple, je ne pourrais pas accepter de m’occuper d’aller promener le chien d’un client parce que, d’une part, je suis allergique et, d’autre part, ce serait trop difficile à placer dans mon horaire que j’aime établir à ma convenance.

 



Partagez cette nouvelle!

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.

Les employeurs qui recrutent
  • Desjardins
  • Gowling WLG
  • ZSA
  • La Presse
  • Pillière Bolduc Notaires
  • Collège Inter-Dec
  • Espace Physio Forme Inc
Recevez les derniers articles Carrière
et offres d'emplois directement dans votre boîte de réception!
Vous avez des questions?
Nous sommes ici pour vous aider.